• patriceL
    patriceL
    Bon ! Et donc,
    Comment appelle-t-on ce qui se voudrait la critique d'un quelque chose qui "n'existe pas", lui-même appelé "critique" ?
    "Rien" ? Cet article n'est donc "rien" ? Ou quelque chose qui "n'existe pas ?"
    C'est ironique, mais comment répondre autrement ?
    Il peut, certainement, être fait critique de nombreux blog, podcast, vidéos,... mais t'es tu informé sur "la promesse" de ceux-ci pour pouvoir en faire la critique ?
    Quelle est la "promesse" de ton article, je suis curieux ?
    Quelle en est la finalité ?
    Que voudrais-tu qu'il en résulte ?
    Je te dirait aussi que j'ai l'impression que tu n'as pas assez élargi tes recherches pour tenir cet avis péremptoire. Hors de France je pense notamment.
    J'aimerai ta réponse à "qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais jeu ?" ? Pour toi ? Pour qui ? sur quels critères ? Peux-tu m'en citer pour avoir des exemples concrets ?
    Qu'est-ce-qu'un "critique de métier" ?
    "Quand on est pro" tu le définis comment ? Pour moi, un professionnel est celui qui est payé pour faire quelque chose (qu'il le fasse bien ou mal d'ailleurs, il est payé et c'est un pro). A ma connaissance, en France, il y a bien peu de gens qui sont payés pour parler (ou écrire ou filmer) sur le jeu. Je pense à TT et à Ludovox, Plato aussi et quelques pigistes. Si je te comprends, ils ne réalisent pas de "critiques" de jeu ?
    As-tu interrogé leur "promesse" pour savoir si c'était leur projet ? Si oui, pourquoi penses-tu que cela n'est pas fait ?
    Les as-tu interrogés pour étayer ton article ? Quels sont leurs retours ?
    Et puis, si tu veux des "pros", quelle source de financement de la chose proposes-tu ? Parce que ce qui est sûr c'est qu'aucun des 3 ne roule ur l'or.
    Parce que s'il n'y a pas de financement, y'a-t-il une demande réelle de gens prêts à la financer puisque cela les intéresse tant ?
    Quel est ton questionnement quand tu entends : "quand l’un de ces acteurs du monde ludique affirme qu’il faut être un sadique pour écrire une critique négative, ça nous questionne." (tu parles de toi à la 3e personne d'un coup ?).
    Moi j'entends aussi que quand on est pas professionnel, beaucoup de ces acteurs préfèrent passer du temps à parler de quelque chose qui leur a plu. Pare qu'en fait j'essaie parfois de "lire en creux" en repérant des jeux habituellement dans leur créneau mais dont ils ne parlent pas. Qui serait assez sadique pour passer son temps libre à faire (ou traiter de) quelque chose qu'il n'aime pas ? Hormis la lessive et le ménage, lors de mon temps libre, j'essaie de penser à des choses qui me plaisent.... Tu le dis d'ailleurs dans ton article.
    "Elle n'existe pas et c'est bien dommage". Pour toi ? Peut-être. Penses-tu représenter une majorité significative ? Je veux dire susceptible d'être assez importante pour rendre cette activité "bankable", ce qui permettrait de réaliser ton voeu.
    Bref, personne ne m'a relu, alors ça part un peu dans tous les sens, mais je ne comprends pas ton propos, ni le sens que tu veux lui donner.
    Pour autant je partage ce constat qu'il n'existe que très peu d'articles critiquant un jeu.
    Mais tu ne dépasse pas le constat, tu n'en recherche quasi pas les raisons, tu ne sembles pas t'être renseigné auprès des rares professionnels du métier et tu n'en proposes pas de pistes pour que les choses évoluent.... J'avais raison, cet article n'est rien !
    Peut-être, dire que la critique "n'existe pas", n'est-ce pas "s’enfermer dans une posture, plus intéressé à l’idée de trouver un bon mot (titre) que de faire une analyse correcte." ? ;-)
    Cordialement
    patriceL
    patriceL
    Donc tu "n'es pas d'accord du tout !" Très bien !
    Pour te répondre rapidement :
    1) Une bombe "est une création de l'esprit visant à créer des émotions auprès d'un public" et pourtant ce n'est pas un art !
    1bis) "comme les autres arts" : pour toi l'art c'est simplement la volonté de créer de l'émotion chez les autres ? Comme c'est réducteur...
    2) L'oeuvre reste ce qu'elle est, c'est le vécu, l'expérience de chacun qui la fera percevoir différemment. Son interprétation, les instruments utilisés.... Mais l'oeuvre ne change pas. Et tu en restes le spectateur. Le vécu d'un jeu change par les interactions entre les joueurs, les alliances, les trahisons, les affrontements ou pactes de non aggression....il vit par l'interprétation des acteurs autour de la table. Tu joues une partie, tu changes de joueurs et tu peux avoir une expérience très différente...
    Je ne me bloque pas d'avoir une critique de jeux, je dis qu'elle doit être construite et pensée différemment. Je partage avec toi que cela serait passionnant, peut-être... encore que... ça reste à voir.

    Mais bref, comme sur tous les débats sur les réseaux sociaux, on dérive et on change de sujet.
    Le sujet de ce looooong article vide de sens et d'exemples était, comme son titre l'indique : "La critique ludique n'existe pas".
    Un propos qui est un vieux marronnier du monde ludique.
    Ce à quoi j'ai répondu que je n'étais pas d'accord, que le rédacteur n'avait pas assez poussé ses recherches, notamment hors de France.
    Qu'en France aussi il y avait des pros, contrairement à son propos, et qu'il n'était pas allé les rencontrer. La réponse est "violente" à rire : "qui suis-je pour les interroger" ? Alors que "je" s'estime en droit de parler d'eux et de critiquer leur travail...
    Je lui ai demandé, sans réponse, ce qu'il définissait comme une "critique ludique" ? Parce que pour pouvoir définir que quelque chose n'existe pas, il serait bien de le définir... ;-)
    Mais en plus de ce "constat", quelles propositions fait-il ?
    Quelle analyse fait-il du manque de financements pour une presse ludique professionnelle ?
    Y-a-t-il une réelle demande de gens prêts à payer ce genre de travail ?
    Propose-t-il une idée pour financer cela ?