Castle Itter

de David Thompson (I)
Castle Itter
6.35 
2 reviews

Description du jeu :

La bataille de Castle Itter a eu lieu près du village autrichien d'Itter le 5 mai 1945, dans les derniers jours de la guerre en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale. Les soldats américains se son... En savoir plus

Achetez ce jeu sur :
What we like
Simple
What we don't like
Price
Categories

La plus improbable des batailles de la fin de la seconde guerre mondiale...

Projet financé en Décembre 2018, je faisais parti des joueurs qui ne connaissait pas du tout cette gamme de chez DVG - un wargame solo, clairement dans la veine d’un tower-défense.
Mais je suis assez faible quand le thème d’un jeu traite d’une partie sombre de notre histoire…probablement pour toujours essayer de comprendre…

Mais parlons du jeu.
Castle Itter est le petit frère d’un autre jeu dans cette même veine : Pavlov’s House. Je ne vais pas m’étendre sur ce jeu auquel je n’ai jamais joué et je ne vais donc pas faire de comparaison ici entre les deux boites.
Castle Itter vous place donc à la tête d’un petit groupe de soldats et de gradés US, SS, Autrichiens et Français aux derniers jours de la guerre en Europe, qui se sont alliés pour faire face une division SS de panzer grenadiers.
D’un point de vu matériel, le jeu semble dans les standards de DVG. Les pions sont assez gros pour être lisibles convenablement, le plateau est assez grand pour que les pions puissent prendre place sans trop masquer les informations, et les cartes sont tout à fait correcte.
En plus du livret de règles, cette version KS nous livre le Castle Itter Compagnon : un livret retraçant et décrivant cette bataille sous tous ses angles. De la description des différents protagonistes, aux différentes tactiques employées par le petit groupe de résistants. Quelques notes de l’auteur liées aux événements et à la mise en place de la mécanique du jeu est un plus. Ceux qui me lisent savent que je suis bien friand de ce genre d’attention dans un jeu de société : mêler un contexte historique à une mécanique de jeu, avec une dimension historique expliquée dans un petit livret à part est pour moi gage d’une attention portée à la réalisation d’un jeu, tel que peut le faire MacGerts dans certains de ses jeux.

La mécanique de Castle Itter n’est pas des plus complexe. Vous avez 20 pions troupes dont certaines ont des capacités permettant d’influer sur le gameplay et un deck de cartes permettant de faire arriver les troupes SS aléatoirement ou de pilonner votre position défensive.
A votre tour, un panel d’actions vous est proposé sachant que vous ne pourrez en réaliser que 5 : Faire arriver une troupe directement dans le château, Tirer, Faire un tir de Suppression, Changer de position, réactiver une troupe épuisée, etc…
Une fois que vos 5 actions sont faites, vous piochez trois carte SS et vous appliquez les résultats, carte par carte.
La partie se poursuit ainsi jusqu’à ce que le deck SS soit épuisé, ou que la 142ème d’Infanterie vienne en renfort et repousse l’assaut des allemands. Un système de comptage de point est réalisé si vous avez remplie l’une des deux conditions ci-dessus et vous donne ainsi un « grade ».

En soit, Castle Itter est un jeu de positionnement ou il faudra savoir « limiter » l’aléatoire des dés et réaliser les bonnes actions au bon moment. On se prend au jeu et une certaine tension se dégage du jeu au fur et à mesure que le deck diminue. On a parfois l’impression que le sort s’acharne et que tout est perdu d’avance mais des retournements de situations nous convainc d’aller jusqu’à la fin du jeu et de réfléchir aux meilleurs positions et actions pour sortir sont épingle du jeu. Je pense, pour avoir fait la traduction des règles et après certains retours, que certains points auraient peut-être mérités d’être plus clair ou plus explicités dans les règles…
On pourrait aussi reprocher l’idée d’avoir créer une règle pour jouer à deux joueurs car je pense que dans son ensemble, Castle Itter a été pensé pour se jouer en solo…mais bon, cela a le mérite d’exister, même si je ne proposerai jamais une partie à quelqu’un…

En conclusion, je ne regrette pas du tout d’avoir participé au financement de ce jeu. Nous sommes face à un jeu pas si complexe, ce qui encouragera peut-être certains joueurs à se lancer dans le wargame (même si ici, tower defense serait plus approprié), bien réalisé, et qui nous propose un défi assez corsé pour y revenir. Castle Itter reste donc pour moi une très bonne référence et m’a furieusement donné envie de découvrir sont grand frère Pavlov’s House.

 See other reviews...

Comments

Default