Monsieur Phal

Le festival international des jeux de Cannes

Le festival international des jeux de Cannes
Il n’est pas facile de résumer un festival. D’autant plus quand c’est le Festival International des Jeux de Cannes.
Cannes c’est la plage, le soleil, les palmiers, les boutiques de luxe mais c’est quand même tout au bord de l’hexagone. Ce qui a été et reste encore un frein géographique n’empêche pourtant pas une progression régulière de la fréquentation. 174 000 visiteurs de source non officielle car nous n’avons pas les chiffres quand j’écris ces mots.
Cette année, l’espace d’exposition a été agrandi. Tout le secteur des jeux de société était plein et si une croissance devait encore avoir lieu, il faudrait ouvrir de nouvelles salles. Ce qui est possible dans ce Palais des Festival immense.
Autant vous dire qu’il est bien difficile d’être partout et de tout voir surtout quand, partenaires de l’événement depuis plusieurs années, nous sommes venus avec notre studio TV portable nous installer sur le célèbre stand au canapé si réputé et si convoité.
Cela nous a permis de vous ramener des petits instants de vie que certains ont pu découvrir en direct sur Tric Trac TV. Que les autres se rassurent, nous avons enregistré les rencontres que vous pourrez découvrir au fur et à mesure de leur programmation. Autant vous dire que nous avons quelques heures d’avance dans la pile de prog ! Vous n’aurez juste pas droit aux bêtises qui se sont dites avant ou après. 29 vidéos vous seront donc proposées.
Cette année nous avons choisi un nouveau format pour privilégier la diversité ; pas de partie juste des discussions et des présentations. Certains sont venus avec les jeux qu’ils proposaient sur le salon d’autres avec des projets qui seront publiés plus tard dans l’année 2013.
Nous n’allions quand même pas oublier de déambuler dans le salon pour vous ramener de petits morceaux d’ambiance, des parties, des jeux, des gens : la vie quoi !
Vous trouverez donc quelques-beaucoup-pas-mal de photos en espérant ne pas avoir oublié trop de chose.
Côté impressions subjectives, cette édition nous a particulièrement ravi. D’abord pour une raison très égocentrée puisque c’est l’occasion pour nous de voir en « vrai » les internautatrices, tateurs, lectrices, teurs. On se prend en photo en ricanant, on se remercie les uns les autres. Bref ; d’un seul coup c’est le moment ou l’écran devient poreux et où l’on se rencontre et c’est du bonheur. Croyez-le ou non c’est un sacré moyen de recharger les batteries et de nous dynamiser pour continuer à faire toujours mieux.
La grande question sur les salons est « Où est le buzz ? ». En tant que prescripteurs, on nous la pose souvent et il est assez difficile d’y répondre et je m’en abstiendrais encore une fois ici en vous enjoignant à lire nos petites bafouilles et regarder nos vidéos car vous y comprendrez vite ce qui nous allume des étincelles dans les yeux. Ou pas.
Toujours est-il que ce salon confirme encore cette année et peut-être encore plus sa fonction de plus grand salon français avec de multiples nouveautés et une avalanche de goodies dont la palme revient à Iello. Je n’ai pas eu le temps (honte) de questionner les boutiques présentes mais il m’a semblé que les ventes sur place se portaient bien.
On a regretté les ruptures de stocks sur certains jeux nominés au palmarès des Jeux de l’Année – As d’Or. Comme certains l’ont fait remarquer, cela n’arrive pas en Allemagne. J’en profite pour éclaircir ce point car le fonctionnement dans les deux pays diffère et explique ce « défaut ». La structure organisatrice du prix en Allemagne prélève un pourcentage sur les ventes du jeu récompensé. Cela implique qu’ils se renseignent aussi sur la disponibilité, la condition financière de l’éditeur et sa capacité à pouvoir produire l’accroissement de ventes produit par le prix. La structure française, beaucoup moins bien dotée financièrement est soutenue par le salon des jeux et la direction de l’événementiel du Palais. C’est donc un budget moins grand et une volonté de choisir un bon jeu quitte à ce qu’il connaisse momentanément une rupture qui sera bien vite comblée. Quoiqu’il arrive, étant donné les conditions de publication actuelle, un bon jeu sera inévitablement victime d’une rupture. Cela est dû au fait que c’est sur les ventes de la première impression qu’on sait si le public partage aussi un bon sentiment.
Certains se demandent à quoi servent les salons. À vendre ? À faire du buzz ? De la Com ? Assurément. Sauf que ceux là regardent le monde par le petit bout de la lorgnette contrairement à ce que l’on pourrait croire. Les salons servent à être ensemble. C’est parfois gratifiant, parfois frustrant, un peu politique, mais au final toujours parfaitement humain dans un secteur qui est encore mu par de la passion et du plaisir. Vous me trouvez un peu naïf ou inconsidérément humaniste bisounours ? Et bien regardez un peu ces photos. Vous jugerez par vous-même. Et ça c’est en attendant de se retrouver une prochaine fois ;)
Vous trouvez dans ce reportages d’images : la plupart des stands du salon, des tournois de jeux classiques d’ici et d’ailleurs, la cérémonie de remise des As d’or, la cérémonie de remise des Cocktail d’Or, de la Lidja et du prix de l’Ânerie ainsi que l’autocélébration du meilleur éditeur du siècle 2013 auto-remise par les éditions Cocktail Games qui organisent désormais des événements off très VIP.
Place aux photographies !
Pour voir toutes les photos : cliquez ici !

Pour Tric Trac,
Docteur Mops, Reporter.
Crédits photos : Docteur Mops

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Photos

Comments

Default