Le coup de coeur du mois de Mai : Watergate

Le coup de coeur du mois de Mai : Watergate
Madame Mathilde

 

    Avant toute chose, je me dois de vous prévenir : il est possible que dans la série de mes coups de cœur, vous retrouviez une proportion élevée de jeux à deux. Le fait que le jeu se joue bien à deux est en tout cas parmi mes critères de sélection personnels, même s’il n’est bien sûr pas le seul ! Ceci étant dit, passons au vif du sujet :

Watergate.

Sortie récente puisque disponible en boutiques depuis la semaine du 11 Mai, Watergate est un jeu de Matthias Cramer au graphisme réalisé par atelier198, chez Iello pour la France.

Le format est plutôt léger (45 très réalistes minutes annoncées sur la boîte), la lecture des règles relativement rapide pour un œil averti, et la prise en main plutôt simple.

Je vous invite à jeter un oeil à l'article de Kristoff pour les règles dans plus de détail !

Tric Trac

Fig. 1 : "Quoi ? Le Watergate ? Jamais entendu parler." - À peu près Nixon. 

    Première partie : la composante graphique accroche bien. Le tableau en liège central façon détective privé avec ses punaises et ses fils rouges, et surtout les cartes événements, journalistes et conspirateurs illustrées pour la plupart de photographies d’époque et accompagnées de leur flavor text immersif. Seul accroc, peut-être, les catégories de preuves attribuées à des couleurs spécifiques sont un poil artificielles, mais on leur pardonne aisément – surtout qu’après avoir creusé un peu, on réalise que chacun des informateurs est relié à des types de preuves qui lui correspondent historiquement. Par exemple, du côté des écoutes de Nixon, on retrouve Rose Mary Woods, sa fidèle secrétaire, et son « Rose Mary Stretch » dont je vous laisse découvrir l’histoire ici avec un extrait du livret :

Tric Trac

Fig. 2 : Ben quoi, elle faisait peut-être du yoga Rose Mary, ça me paraît crédible.

    La deuxième chose fort satisfaisante ici, c’est la courbe de progression. Le jeu est très accessible dans ses premières parties, puis devient de plus en plus tendu au fur et à mesure que les deux adversaires se familiarisent avec les sets de cartes. L’«écrémage» rapide du deck avec l’utilisation d’événements réduit l’aléatoire du tirage des mains - peu impactant quoiqu'il en soit, puisque les différentes cartes sont essentiellement des combinaisons variables d’effets similaires et que chacune possède une valeur utilisable pour tirer des éléments à soi, en alternative à son pouvoir. On tire alors le meilleur parti possible de la main tirée pour cette manche, tout en acquérant des informations sur les cartes restantes pour la manche suivante.

Tric Trac

Fig. 3 : Foutus journalistes, incapables de garder leurs sales pattes loin de nos affaires. Heureusement qu'on peut compter sur Bob.

    Enfin, la coordination de la mécanique avec l’aspect historique est réussie. La connaissance de l’affaire du Watergate n’est pas nécessaire pour apprécier le jeu et sa mécanique, mais elle apportera certainement une profondeur particulière à l’expérience ! De mon côté, l’effet a plutôt été inverse : ne connaissant quasi-que de nom l’affaire en question, le jeu m’a donné envie d’en savoir plus, notamment en débutant par le livret de règles qui comporte toute une section de mise en contexte historique !

Tric Trac

Fig. 4 : Ça se lit presque comme un polar... C'était il y a presque 50 ans !

    Vous l’avez peut-être déjà remarqué dans le coup de cœur du mois d’avril, la cohérence entre les mécaniques et le thème d’un jeu me réjouit au plus haut point. Mais à l’inverse du mois dernier, il ne s’agit pas là d’une personnalisation des pouvoirs (je suis trop peu familière avec les tenants et les aboutissants de l’affaire pour réellement savourer la correspondance entre don d’initiative ou d'opinion par tel personnage et implication historique). Non, la cohérence vient plutôt de la complexité qui se déploie sous nos yeux et dans nos cerveaux au fil des parties, et de la sensation que le jeu procure : une course contre la montre lorsque je joue la Rédactrice, un sentiment d’être sous assaut lorsque je joue Nixon. La possibilité qu’a Nixon de récupérer des preuves pour les censurer, bloquant ainsi des canaux cruciaux pour les journalistes, donne une dimension très… « trap-trap » ? Vous savez, cette scène de cartoon ou les deux ennemis sont de part et d’autre d’une table, l’un cherche à attraper l’autre et feinte d’un côté puis de l’autre dudit meuble, tandis que l’autre pare en s’échappant de l’autre puis de l’un ?  Voilà, on se sent comme ça.

 

Fig.5 : Ma recherche de gif cartoonesque illustrant mon propos s'est révélée infructeuse, mais celui-là vaut le détour tout de même.

 

Comme toujours, il ne s’agit là que d’une appréciation personnelle. Il ne s’agit pas de dire d’un jeu qu’il est bon ou mauvais, mais simplement qu’il m’a plu (quoique, il en est des bons qui ne me plaisent pas, mais des mauvais qui me plaisent… ? Enfin, tout est subjectif.)

 

C'est dans cet esprit que j'ai deux mots de la fin pour vous.

 

« J’ai renoncé à toute forme de jugement moral, et laissé les autres s’en occuper. »

- John Ehrlichman

 

« Je pense que tous les grands reportages ont la même fin : donner la version la plus accessible de la vérité. »

- Carl Bernstein

 

Je vous laisse deviner qui appartient à quel camp, et choisir le vôtre.

 

Watergate est un jeu dans la lignée des « card-driven games » à deux joueurs, dans les thématiques de guerre froide et autres élections présidentielles américaines historiques.
Je vous renvoie pour cet aspect vers un article de Monsieur Guillaume, qui abordait le sujet il y a quelques années déjà.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Games this article speaks about

Watergate
Watergate
Par Matthias Cramer
Illustré par Atelier 198
2 12+ 45´
Button to buy on PhilibertButton to buy on Boutique LudiqueButton to buy on Magic Bazar

Comments (10)

Default
Franck19
Franck19
Désolé @melodynelson mais quelle mouche vous a piqué ? un avis doit toujours être méchant? sévère? détestable?. A t'on le droit d'aimer un jeu même banal. L'avis de madame Mathilde me semble sincère et objectif.
melodynelson
melodynelson
Un bon jeu, bien édité, agréable. Mais finalement assez banal, qui se résume à jouer des cartes pour déplacer 3 ou 4 jetons dans un sens, puis dans l'autre, malgré quelques subtilités... Vraiment au niveau des éloges observées et des titres de type "meilleur jeu de l'année pour 2 joueurs" ?
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Pour pouvoir vous répondre, il faudrait avoir votre pédigrée ludique... Et pour pouvoir comprendre celui de l’article, il faudrait connaître le pédigrée ludique de Madame Mathilde... Ou alors il faut réussir à établir l’UÉVLU (Ultime Échelle de Valeurs Ludiques Universelles) 😁
Monsieur Guillaume
Monsieur Guillaume
Et du coup, j’imagine que le message sous-jacent à ce message lapidaire est que vous l’avez lu et que vous êtes un exemple du bon relativisme en ayant favorisé le respect de l'Autre et que, de mon côté, j’ai engendré une perte des repères intellectuels, alimentant ainsi le nihilisme et nuisant à la démocratie, parce que j’ai construit une mauvaise relativité. À moins, autre possibilité, que vous ne pensiez sincèrement que le « jugement » d’un jeu puisse s’absoudre complètement du sujet qui l’émet ainsi que de son parcours ludique, sens de la première remarque ?
Madame Mathilde
Madame Mathilde
Je cite ici la fin de l'article, qui me semble une réponse en soi :)

"Comme toujours, il ne s’agit là que d’une appréciation personnelle. Il ne s’agit pas de dire d’un jeu qu’il est bon ou mauvais, mais simplement qu’il m’a plu (quoique, il en est des bons qui ne me plaisent pas, mais des mauvais qui me plaisent… ? Enfin, tout est subjectif.)"

Bien à vous,
MM
larkhange
larkhange
Faut il se justifier d'aimer quelque chose ?!
zoukata
zoukata
Très juste !
Bientôt, on ne va plus pouvoir déclarer ouvertement qu'un jeu est génial, tout le monde vous tombe dessus.
BackDraft
BackDraft
En lisant les réactions, je me demande plutôt si on peut déclarer publiquement qu'un jeu ne nous plait pas sans que tout le monde ne nous tombe dessus...
Heuhh
Heuhh
Les gens ne tombent pas sur le fait qu'il n'aime pas le jeu. Mais sur la condescendance. :)