Monsieur Phal

E=M6 passe le jeu au microscope

E=M6 passe le jeu au microscope

Il y a peu, et quand je dis peu, c’était il y a 10 jours exactement de jour pour jour, nous annoncions la mise en Replay de l’émission de M6 « The Apprentice ». Une espèce de genre de bérézina télévisuelle à base de téléréalité avec du jeu de société dedans. Un article qui a eu un bel écho sur Tric Trac, et au-delà. Forcément, taper sur la télévision est assez fédérateur, surtout avec une émission aussi pathétique (l'article est ici). Mais tout n’est pas mort à la télévision. Non. Il est encore de petits moments qui valent le coup. Surtout quand il y a de la bienveillance dedans.

Default

Laurent Escoffier explique des trucs avec ses mains !

E=M6

C’est le cas de « E=M6 » et plus spécifiquement de l’émission d’hier, dimanche 4 octobre. Le présentateur et son équipe se demandaient pourquoi « nous », enfants, adultes, aimions jouer. Simplement. Si durant la première partie, il était question de pétanque et de bowling, avec quelques explications sur la physique qui devraient vous aider à améliorer vos « carreaux » et vos « strikes », la seconde mettait en scène des gens que nous connaissons ici. Sur Tric Trac. Pour les avoir reçus. Laurent Escoffier (auteur de jeux), Étienne Mineur (les Volumiques) ou Mike Hezard (Cocktail Games) répondent aux questions sociales et techniques sur le jeu. De société. Vidéo.

Default

Etienne Mineur explique des trucs avec ses mains, aussi.

Lieu commun

Si les réponses données sont des lieux communs, d’une évidence évidente pour nous qui pratiquons à longueur de temps, elles le sont probablement moins pour le spectateur lambda de M6. Jouer, c’est bien. Pour tout le monde. De l’enfant à l’adulte. Sans, bien sûr, tomber dans l’addiction. Jouer rend heureux et intelligent. Cela crée du lien social. Cela met en évidence les personnalités. Il suffit de regarder la TT team pour s’en rendre compte.

Default

Un Tee-Shirt "Paris est ludique" fait une apparition avec un jeu Cocktail Games...

Jouer, c’est de la sécrétion de dopamine totalement légale et sans risque.

M6Replay

Le mieux pour vous rendre compte de tout cela est d’aller voir la chose directement sur M6 Replay. Après avoir moqué la chaine, on leur doit bien un petit merci pour ce rééquilibrage. Certainement involontaire. Mais rééquilibrage tout de même.

L’émission est par ici !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Comments (4)

Default
prunelles
prunelles

C'est effectivement mieux que l'autre et en plus, on a pu voir plein de belles boîtes de jeux qui vont attirer la curiosité de futurs addicts :)

limp
limp

@prunelles : Ah, les fameuses 5 secondes pour combler le gamer. Mais des boites en arrière fond, c'est zéro en terme d'impact selon moi. Le reste est sympa, mais pareil : rien pouvant provoquer selon moi le basculement ou l'achat curieux. Et comme dit plus haut, le comparatif avec le jeu de l'oie fait sourire et me donne une impression de bilan plutôt négatif (surtout que, très personnellement, je ne suis pas plus attiré que ça par ces hybrides qui pointent de plus en plus le bout de leur nez...).

Jérémie
Jérémie

Reportage en demi-teinte pour moi même si c'est mieux que ce qu'on a déjà pu voir.

On évite les écueils et clichés habituels sur Monopoly et compagnie.

On donne la parole à des "sachants" et on a une présentation factuelle du jeu de société qui ne parait pas biaisée par un montage plus ou moins honnête.

De ce point de vue là, c'est top.

En revanche, mettre en balance le JV et JDS en opposant les possibilités quasi infinies de choix pour le joueur qu'offre le jeu vidéo au lancé de dés du jeu de l'oie... On sent qu'il reste encore du chemin à parcourir !

(C'est l'exemple qui m'a le plus marqué)

Bref, ç'aurait pu être pire !

Primesinister

On se rend compte que le domaine du jeu de plateau intéresse de plus en plus les médias. Cela reste modeste mais on sent tout de même une sérieuse tendance qui se profile.

Je dois avouer que cela ne me laisse pas sans craintes... Mes parents me disaient souvent "pour vivre heureux, vivons cachés". J'ai toujours trouvé cela stupide, mais ici, je dois avouer que j'ai des craintes.

Craintes que le milieu du jeu, relativement préservé par les dérives capitalistico-mercantiles, attire les spéculateurs de toutes sortes (encore plus)...