arthelius

Critique de Via Nebula

Critique de Via Nebula

Après avoir subi les ravages d’une destruction massive de leur habitat et même de leur civilisation, les explorateurs sont bien décidés à redonner le faste qui habillait leur demeure, en reconstruisant ce qui fut détruit. Mais les voilà au dehors les dangers guettent et cette dangereuse tâche fut affecté à diverses guildes que vous représentez tout naturellement en tant que joueur. À vous les joies de la brume et des découvertes.

 

Le comment que ça marche …

 

Dans Via Nebula vous allez incarner des explorateurs qui armés de leurs courages, vont tenter de retrouver la gloire de leur antique civilisation. Pour cela vous allez avoir à disposition 2 artisans (3 à deux joueurs) pour ouvrir des exploitations, d’où vous titrerez vos ressources (bois, nourriture, pierre, argile et blé), et 3 chantiers pour transformer ces ressources afin de remplir des contrats qui vous permettront d’ériger des bâtiments. Ce sont d’ailleurs ces bâtiments qui serviront à mettre fin à la partie, car dès qu’un jour les aura tous construits la partie prendra fin.

À votre tour de jeu, vous pourrez réaliser deux actions parmi les suivantes : poser un artisan (ouvrir une exploitation), poser un chantier, explorer une zone de brume ou une forêt pétrifiée (cela vous couterez 2 actions pour cette dernière), transporter une ressource jusqu’à votre chantier et enfin construire un bâtiment, donc remplir un contrat. Vous débuterez le jeu avec 2 contrats personnels, auxquels s’ajouteront les 4 contrats mis à la disposition de tous sur le plateau. Les contrats ainsi que l’exploration vous rapporteront des points, tandis que les ressources inutilisées seront transformées en malus en fin de partie.

Bien entendu il ne s’agit que d’un rapide résumé des règles, la totalité de celles-ci étant disponible en suivant ce lien. 

 

18ad246af42f08ed5236a2f1143c23ae97c9.jpe

 

Le pack de l’explorateur prévoyant

 

Les ressources sont nombreuses, sous forme de pions en bois, elles seront à parsemer sur le plateau de jeux selon les jetons disposés en début de partie. Si la qualité de ces pièces n’est pas mauvaise, on regrettera juste que le bois et le blé aient une légère tendance à la confusion, surtout sous une lumière pas assez forte. Les plateaux personnels sont assez fins, mais cela ne gêne aucunement, surtout que ces derniers sont bien illustrés et reprennent les spécificités selon le nombre de joueurs, ce qui est bien pratique. En ce qui concerne les illustrations, le style est assez léger et convient bien au jeu. Ce n’est pas un coup de cœur pour ma part, mais elles sont tout à fait correctes. Non le point qui m’a le plus embêté c’est le thermoformage, qui propose certes des cases pour ranger les ressources, épousant leurs formes, mais qui devient une vraie gageure lorsqu’il s’agit de les sortir de leur emplacement. C’est joli, mais pas très pratique, de même pour les autres pièces. Quelque part j’ai l’impression de retrouver sur ce point, les mêmes défauts que sur T.I.M.E Stories avec son thermo très fragile et peu pratique, voir Elysium où les cartes empêchaient de fermer la boite. C’est dommage, mais cela n’enlève en rien la qualité du travail d’édition du reste du matériel.

 

2895e9c8a6514bf770351297a9f9645fd484.jpe

 

Partir en expédition

 

Une fois votre paquetage fait et vos artisans sur le qui-vive, il sera temps de partie en expédition. À vous alors de choisir avec quel côté du plateau vous désirez jouer, selon votre hardiesse. Les premiers tours verront l’ouverture de quelques exploitations, propices à la distribution de quelques points bienvenue, au détriment des exploitations libres, qui ne serviront que de compléments. Puis les premiers chantiers verront le jour, se partageant parfois l’exiguïté d’un hexagone. Fort heureusement les contrats que vous possédez en main, ainsi que ceux sortis vous donneront quelques pistes à suivre. Mais encore faudra-t-il ne pas perdre trop de temps et prévoir au maximum ses tours afin de ne pas être pris de court, et de voir toutes les ressources s’envoler. Car mine de rien la fin de partie arrive très vite, et devoir ouvrir des exploitations à quelques tours de la fin est toujours synonyme de risques.

À 2 joueurs le jeu sera plus facile à jouer, mais aussi plus calculatoire, tout comme les explorations qui seront également plus nombreuses. Il faut dire que gagner 2 points par pile de tuiles vidées encourage fortement la découverte du territoire, surtout en fin de partie lorsqu’il n’est plus temps d’ouvrir de nouvelles exploitations. À 3 et 4 joueurs, les tours seront un peu plus long, mais guère plus, non ce qui sera plus difficile à gérer ce sera les ressources limitées, qui fort heureusement seront plus nombreuses selon le nombre de joueurs. Mais malgré vos 2 actions disponibles par tour, rien ne vous mettra à l’abri d’une pénurie de ressources. Et à la fin seul le plus rapide, mais aussi le plus calculateur des joueurs sera se déjouer du hasard des contrats et faire avec les contraintes techniques dont regorge le plateau avec ses pièges et ses forêts pétrifiées.

 

89e71430352a6e833c42b93982f317217cab.jpe

 

Suivre le chemin

 

Via Nebula propose des parties rapides, ce qui se marie très bien avec la légèreté des règles, qui cachent malgré tout un défi important : la maitrise du jeu. Tout ceci faisant de lui un jeu familial comme l’était Black Fleet à mes yeux. Les 12 ans indiqués sur la boite pourront donc être contournés, surtout que le plateau personnel résume très bien les différentes possibilités offertes aux joueurs, venant ainsi en aide à n’importe quel trou de mémoire. Par contre, il faudra être méfiant, car qui dit jeu rapide, dit aussi optimisation et concentration. Pour autant les parties sont fluides et offrent une bonne expérience de jeu, assez reposante, même s’il faudra également faire preuve d’adaptabilité lorsque le nombre de joueurs augmente. Il ne sera pas toujours facile de mettre des bâtons dans les roues de ses adversaires à cause d’un nombre d’actions réduit, qui implique obligatoirement une approche décisive de chaque décision, afin que celle-ci soit la plus efficace possible afin de ne pas perdre de temps. Le nombre de contrats, et la disposition aléatoire des ressources offrent à Via Nebula une bonne durée de vie, permettant ainsi de le sortir pour débuter une soirée ou en finir une  facilement.

 

a4f3a5e8f2437e37443a979184aa5ff7554c.jpe

 

Le voyage de retour

 

Via Nebula est un jeu familial et à ce titre il dispose de règles assez simples, pouvant être maitrisées et comprises assez rapidement, offrant ainsi une part de chance quasi égale à chaque joueur, à chacun ensuite de faire les bons choix et de savoir rebondir en cas de déconvenue. Facile à sortir il saura offrir une expérience différente selon le nombre de joueurs et remplit parfaitement son contrat de divertissement ludique.

Même si Via Nebula n’est pour moi pas un coup de cœur, car nous ne pouvons pas en avoir à chaque fois, je n’ai aucun mal à reconnaitre ses qualités ludiques. Il reste un très bon jeu offrant aux joueurs ce que l’on attend de lui, et cela pour un public assez large. Qu’il s’agisse d’y jouer en famille ou entre amis. Enrobé dans un matériel de qualité et joli à regarder, nul doute que Via Nebula saura trouver son public.

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Comments

Default