Monsieur Guillaume

Cerbere : Faut pas s'Enfer... fais-moi confiance !

Cerbere : Faut pas s'Enfer... fais-moi confiance !

 Tric Trac

Son souffle... bien gérer son souffle surtout... et ne pas penser à celui de la grosse bêbête qui me poursuit... Allez, Guillaume, respire... zen... ne pense pas aux magmas brûlants à tes pieds mais ne fixe que l'objectif, la barque, Charron, et hop, derrière, l'air libre..."

"Ziiip... ?!? comment ça, Ziiip ?!? Je peux savoir qui a placé une peau de banane sous mes pieds, là ?... Gnap... ?!? comment ça, Gnap ?!? Je peux savoir qui s'est arrangé pour me faire bouffer mon personnage, là ?... Ok, vous tous, vous l'aurez voulu, ça va ch.......

 

Cerbère, tout droit sorti de l'esprit sadique (oui, ce n'est pas possible autrement) de Pierre Buty va glisser 3 à 7 joueurs (et vraiment, comptez à partir de 5 pour ressentir tous le sel du jeu) dans la peau d'explorateurs ayant exploré un peu trop loin. Il faut maintenant courir avec l'inénarrable chien à trois têtes aux trousses afin de s'enfuir. Normalement, si vous coopérez, tout devrait bien se passer... Seulement, deux énormes problèmes sont à prendre en compte : Il n'y a pas de place pour tous le monde dans la barque du Passeur... et cette dernière ne partira que pleine ! De plus, tout "copain" éliminé passe aux enfers... et avec son nouveau pote Touffu, il aura l'esprit... et les mains... complètement libre pour se venger !... Ouaip, clairement, ça va ch........ !!!

Cerbère

Sa mère en Enfer !

Nous avons reçu dernièrement les membres de la Boîte de Jeu et Origames, accompagné de Pierre pour nous présenter leur dernière nouveauté : Cerbère. Ce jeu, pourvoyeur de grande ambiance autour de la table autour d'une déclinaison du dilemme du prisonnier, ne laissera pas indifférents les amateurs de traîtrises collaboratives. En effet, un chemin pour sortir des Enfers s'ouvrent devant vous. A votre tour, rien de plus simple, une de vos cartes sera jouéepour un "petit" effet perso... ou pour son "grand" effet pour les autres mais sans assurance de retour d'ascenseur. Et l'objectif est de progresser vers la sortie, bien sûr ! Oh il y a bien quelques cartes bonus qui pourraient aussi vous octroyer un avantage, mais ce serait encore mieux que le paiement de son effet puissant soit pris en charge par d'autres que vous... n'est-ce pas ? Oui, vous commencez à parfaitement saisir la joyeuse ambiance "délicieusement pourrie" qui s'installe autour de la table.

 

Les plateaux ont chacun leurs petites particularités (pont qui s'écroule, portail à interrupteur...), mais quoiqu'il en soit, peu-à-peu, Cerbère verra sa fureur monter jusqu'à partir en chasse pour croquer le ou les derniers, s'il peut les atteindre. Et plus il croque, plus il part en chasse facilement... D'autant que vos ex-collègues jouent maintenant, pour se venger, de perfides cartes Trahison. Et qu'il n'y aura jamais 100% de gagnants qui auront tenter leur chance :

Tric Trac

- Le premier joueur à mettre le pied sur le dernier plateau révèle alors la première barque (sur trois). Les deux autres sont défaussés alors qu'avant il était possible sous certains effets de cartes d'en prendre connaissance ou de les inter-changer. Il n'y aura donc qu'une, deux ou trois places à prendre pour s'enfuir. Et rappelons-le, il faut que la barque soit pleine pour partir. Et monter dedans, tant qu'elle n'est pas pleine, n'est pas une assurance pour partir tellement il est possible que des "potes" vous en fasse descendre pour prendre la place...

- Par ailleurs, les premiers croqués gagnent la partie s'ils font échouer tous les autres, ce qui est une motivation parfaite pour pourrir tout le monde une fois croquer... voir même se dépêcher de se faire croquer pour quand-même gagner avec les soi-disant perdants du début pour ne pas rater le coche si la situation s'envenime... ce qui arrive bien régulièrement, allez savoir pourquoi ! Quand on vous dit que ça va ch..... !

Tric Trac

 Non mais là, clairement, j'vais t'faire bouffer !!! 

Retournement de situations, pleureuses en puissances, joueurs retors au retour de bâton en pleine poire, éclat de rire, bassesse et petite vengeance, Cerbère réussit à merveille ce qui n'est pas des plus faciles : Garder une intensité forte tout du long dans un jeu où il faut collaborer puis trahir au bon moment. En effet, il n'est pas rare, lorsqu'un joueur ne peut plus gagner dans un jeu collaboratif (nous marquons ici la différence avec un jeu coopératif où il n'y a aucune raison de "trahir"), qu'il pourrisse la fin de la partie sous le prétexte, bien compréhensible, que "si je ne peux plus gagner, personne ne gagnera".

Dans Galerapagos, cette problématique est résolu par l'élimination de joueurs, qui ne gagneront plus mais n'empêcheront pas, non plus, de pouvoir encore gagner pour ceux qui restent... sans l'assurer non plus, ce qui fait tout le sel excellent du jeu ! Ici, dans Cerbère, tout reste possible pour tous jusqu'au bout ou presque. Lorsque la situation devient tendu, il est parfois plus intéressant de "perdre" pour aider les "croqués" à faire vraiment "perdre" les derniers... mais d'un autre côté, c'est tellement classe de l'emporter en montant dans la barque en regardant ceux qui restent sur la grève et en les gratifiant d'un haussement d'épaule faussement désolé... Bref, collaborer, promettre, échanger des bons procédés ! Tout ceci est bel et bon, mais la nature humaine, parfaitement mise en scène de façon à s'en amuser dans ce jeu viendra bien vite mettre un terme à cette belle entente...

Tric Trac

S'il faut, pour sûr, une dose de "recul" et de "beau joueur attitude" pour accepter les trahisons qui risquent d'arriver, il est aussi possible de l'emporter par une confiance indéfectible dans l'autre, de ces amitiés qui effectivement peuvent venir à bout des pires obstacles. Quoi qu'il en soit, les parties de Cerbère se suivront sans se ressembler par la modularité des plateaux et les situations engendrées par les joueurs, tout en assurant à quasi-coups sûr des moments ludiques mémorables !

Notons, signe des temps ludiques, les petits "plus" pour encourager les joueurs à jouer et re-jouer aux jeux édités : Le hall of Shame à l'intérieur du haut de boite pour garder trace des "croqués", ou des "perdants" et une "liste d'achivements". Une fois un objectif atteint, un autocollant fourni et hop, voilà de quoi se rappeler les bonnes parties.

Du très très bon à partir du moment, et ce n'est pas l'apanage de ce jeu mais de tout aspect "société" de notre passion ludique, où les joueurs "jouent le jeu"...

... Et là, ça va ch..... auffer ! (Ben oui, bien sûr, "chauffer", en Enfer... quoi d'autres ? )

 

► Une partie d'anthologie, vraiment, dans la TTTV, qui montre toute la maîtrise de l'auteur (Merci, Pierre !)

Viral : Et l'un, fake, si on vainc !Une évidence... des histoires pareilles... impossible de ne pas les vivre !

/

En cliquant sur Like, vous donnez un peu plus de visibilité à cet article.

I don't like

Games this article speaks about

Comments (5)

Default
Trulk
Trulk
Punaise que ça a l’air bon.
tof256
tof256
Jeu essayé très récemment, ça va faire un carton total !! Fourberie, opportunités, coups bas!! Bref chronique d’un succès annoncé
Celhendyll
Celhendyll
Encore une vidéo regardé sans grande conviction et qui va finir en achat compulsif du jeu ! Vous me faites vraiment ch..... auffer la carte bleu chers ami trictracien ! Merci :)
Praedones
Praedones
j'ai vraiment adoré !
Merci.
Schtroumpf_74
Schtroumpf_74
La partie est vraiment d'enfer !