230
réponses
6
followers
By : minimaliste | Tuesday, January 14, 2020 at 10:50 PM
Default
minimaliste
minimaliste
Albumine Tagada dit : 
minimaliste dit :
Tu n'avais pas remarqué que les jeux vidéo c'était très souvent la guerre et donc des hommes hyper violents? Sans blague !

Les militaires US s'entraînent dessus depuis des lustres. Un jeu vidéo c'est comme un simulateur de vol,mais pour la baston.

Après, il y a un truc qui m'embête, plusieurs fois ils disent que les circonstances du développement du business du jeu vidéo ont favorisé l'action et donc les joueurs masculins et leur identification aux personnages virils.
1) donc les personnes pensent que l'action est masculine. Bizarre de dire ça quand on prétend défendre le contraire ensuite avec la théorie du genre.
2) A part l'action, tu veux proposer quoi dans un jeu vidéo ? Que la joueuse/ le joueur qui ne fait rien gagne?
​​​​​​

Pour le reste, sur  la représentation du monde, je suis d'accord avec toi.
Mais beaucoup de progrès ont été faits, du fait de la variété des jeux et des publics.
Sauf que...le jeu de société n'aurait jamais pu proposer cette variété sans le système capitaliste et les ouvrières chinoises surexploitées et sous-payées  de la province qui fabrique presque tous les jeux (Sichuan il me semble).

Ah bah si, j'avais remarqué, merci ! (Même si je ne joue pas ou plus aux productions AAA) Ce que je trouve étonnant, c'est la manière dont ils se ressemblent tous : balafre, passé traumatisant, familles/amis/caniches à venger, mâle blanc, quasi-muet, protecteur.... Ce que le docu montre bien, c'est que ce genre de gros jeu vidéo impose une image de la virilité à ses joueurs sans lui proposer d'alternative (contrairement, par exemple, à pas mal de JDR - Witcher exclu^^)

Dans le docu, justement, ils ne disent pas que l'action est forcément masculine, mais qu'elle l'est dans le cadre du stéréotype de genre dans lequel baigne notre culture. Et que c'est ça qu'il convient de déconstruire.

Pour ton commentaire sur l'action dans le jeu vidéo, ben... t'as tous les jeux d'aventure, de stratégie, de simbuilding, de simulateur, de puzzles, d'horreur (où le joueur doit fuir plutôt que se battre, par exemple), de course, et tant d'autres. Bref, le jeu d'action n'est qu'une infime fraction du monde vidéoludique - mais c'est celui qui rapporte le plus.

S'il y a différents types d'actions mais que c'est le combat qui rapporte le plus, alors les éditeurs ne sont pas fautifs. Ils font ce qui rapporte, ce que toute entreprise fait.
​​​​​​

My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Économiquement, d'accord. Mais avec cette logique, il n'y a plus aucun progrès sociétal. (C'est vrai quoi, les congés payés, c'est un gouffre à pognon monumental pour les boîtes !)
Ce que tu décris, c'est justement ce qu'explique le docu ensuite : l'ultralibéralisme va de pair avec la représentation ultravirile de certains jeux vidéo. (En gros, pas besoin de changer une recette qui marche... et donc d'élever chaque nouvelle génération de joueurs avec cette même recette, réduisant ainsi leur goût pour d'autres aliments plus subtils - si on veut filer la métaphore alimentaire). Sans compter les effets politiques réels - Gamergate, Alt-right, etc - de cette virilisation à outrance et de la position du joueur face à ce qu'on lui propose.
Mais j'étais justement rentré dans la discussion parce que tu disais que tu avais arrêté de visionner le docu après la théorie du genre. Comme il devient plus intéressant après et répond justement à ces problématiques-ci, je t'invitais juste à le poursuivre si tu voulais/pouvais ;)
My top
No board game found
minimaliste
minimaliste
Albumine Tagada dit :Économiquement, d'accord. Mais avec cette logique, il n'y a plus aucun progrès sociétal. (C'est vrai quoi, les congés payés, c'est un gouffre à pognon monumental pour les boîtes !)

Je ne vois pas le rapport.
Tu veux une loi avec des congés payés pour les personnages de jeux vidéo ?
Pour qu'ils s'occupent de leurs gosses, partent en vacances, jouent a des jeux de société, aillent au musée.
surprise

​​​​​Beaucoup de progrès sociaux ont été amenés parce qu'ils augmentaient la production et la consommation: école, mutuelles, démocratie, fin de l'apartheid, fin de l'esclavage aux US (besoin d'ouvriers)...
D'autres ont eu des contreparties aussi pour les initiateurs dominants: fin de l'esclavage contre colonisation en Afrique (des documents britanniques et néerlandais déclassifiés le prouvent).
D'autres ont eu lieu parce que l'utilité de la situation précédente avait disparu. L'esclavage et les galères ont disparu dans plusieurs pays occidentaux au moment de la révolution industrielle et des bateaux motorisés.
 

My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Juste un autre détail : personne ne dit que ce sont les entreprises qui sont fautives (cyniques, à la limite, pour certaines). Mais elles font partie d'un système plus large qu'elle qui perpétue ces représentations.
My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
minimaliste dit :
Albumine Tagada dit :Économiquement, d'accord. Mais avec cette logique, il n'y a plus aucun progrès sociétal. (C'est vrai quoi, les congés payés, c'est un gouffre à pognon monumental pour les boîtes !)

Je ne vois pas le rapport.
Tu veux une loi avec des congés payés pour les personnages de jeux vidéo ?
Pour qu'ils s'occupent de.leurs gosses, partent en vacances, jouent a des jeux de société, aillent au musée.
surprise

​​​​​Beaucoup de progrès sociaux ont été amenés parce qu'ils augmentaient la production et la consommation: école, mutuelles, démocratie, fin de l'apartheid, fin de l'esclavage aux US (besoin d'ouvriers)...
D'autres ont eu des contreparties aussi pour les initiateurs dominants: fin de l'esclavage contre colonisation en Afrique (des documents britanniques et néerlandais déclassifiés le prouvent).
 

Arrête, t'as bien compris ce que je voulais dire : si on pose la rentabilité comme unique mesure-étalon, aucun progrès humain n'est possible. Ni aucune écologie, d'ailleurs.
(Et non, tous les progrès sociaux n'ont pas été amenés pour augmenter la production. L'essor du tourisme est un effet de bord de l'instauration des congés payés, pas son but. Il a fallu une volonté politique pour proposer quelque chose dont les industries naissantes ne voulaient pas du tout... Quant à l'esclavage, son abolition aux USA n'est certainement pas motivée uniquement par le besoin d'ouvriers, mais c'est un autre débat...)

My top
No board game found
minimaliste
minimaliste
Albumine Tagada dit :Juste un autre détail : personne ne dit que ce sont les entreprises qui sont fautives (cyniques, à la limite, pour certaines). Mais elles font partie d'un système plus large qu'elle qui perpétue ces représentations.

Quelles représentations ?
Les mammifères masculins ont besoin d'action et d'aventure, c'est comme ça.
Avant, il y avait la guerre.
Beaucoup sont partis faire la guerre en quête d'aventure et d'ailleurs. J'en connais des anciens qui sont partis aux colonies (Algérie, Indochine) et des plus récents (guerre de Yougoslavie).

Depuis, il y a d'autres moyens d'assouvir ce besoin: sport, jeux vidéo, compétition économique.

My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Ok...

Sinon, s'il y en a que les questions soulevées par le gamergame, l'alt-right et le côté politique du jeu vidéo intéressent, j'étais tombé sur un chouette article de Canard PC qui résume bien les choses : https://www.canardpc.com/400/du-gamergate-lelection-de-donald-trump
Et on se dit que l'industrie du JdS est quand même bien mieux lotie !
My top
No board game found
minimaliste
minimaliste
Albumine Tagada dit :
minimaliste dit :
Albumine Tagada dit :Économiquement, d'accord. Mais avec cette logique, il n'y a plus aucun progrès sociétal. (C'est vrai quoi, les congés payés, c'est un gouffre à pognon monumental pour les boîtes !)

Je ne vois pas le rapport.
Tu veux une loi avec des congés payés pour les personnages de jeux vidéo ?
Pour qu'ils s'occupent de.leurs gosses, partent en vacances, jouent a des jeux de société, aillent au musée.
surprise

​​​​​Beaucoup de progrès sociaux ont été amenés parce qu'ils augmentaient la production et la consommation: école, mutuelles, démocratie, fin de l'apartheid, fin de l'esclavage aux US (besoin d'ouvriers)...
D'autres ont eu des contreparties aussi pour les initiateurs dominants: fin de l'esclavage contre colonisation en Afrique (des documents britanniques et néerlandais déclassifiés le prouvent).
Quant à l'esclavage, son abolition aux USA n'est certainement pas motivée uniquement par le besoin d'ouvriers, mais c'est un autre débat...)

Bien sûr que si!
Guerre de sécession :
Le but du nord, moderne et industrialisé était de généraliser son système au sud, plus agricole.

​​​Le nord, plus puissant économiquement et démographiquement était plus faible militairement que le sud.
Pour 2 raisons
1) expérience des soldats et officiers du sud suite à la guerre contre le Mexique
2) sud mobilisé parce qu'ils savaient ce qu'ils perdraient (perte d'indépendance par imposition de la volonté du nord); au nord, les hommes se sentaient peu concernés par cette guerre.

Le 1) a été résolu petit à petit, après de très lourdes défaites du nord.
2) le nord a prétexté l'abolition de l'esclavage comme raison de la guerre. Ça a donné un outil de mobilisation pour des hommes urbains.

D'ailleurs les anciens esclaves arrivés au nord ont été, c'est un euphémisme, fraichement accueillis. Et ils ont attendu encore 100 ans pour avoir l'égalité des droits.


 

My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Pas tout à fait d'accord, car m'est avis que tu confonds les effets avec les causes (comme un peu partout depuis le début, en fait). Mais mieux vaut continuer cette discussion en MP pour ça, parce que là, c'est plus du HS, c'est un grand écart façon JCVD, là ;)
My top
No board game found
znokiss
Default
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Hu hu, tout juste !
My top
No board game found
Docky
Docky
Iskander dit :

2) Euh, je ne vois pas en quoi est-ce le thème du jeu. Quel est le thème du jeu selon toi, et en quoi il explique cette distribution? Je vois simplement que le jeu mets en scène des aventuriers, et rien n'empêche ceux-ci d'être plus diversifiés, c'est totalement approprié. J'ai l'impression que les pirates de Astérix ont plus de diversité que la réprésentation de Maracaibo.

3) au vu de leurs fréquences, on se croirait que l'action se déroule dans une fantaisie pseudo-nordique (sans inuits, bien entendu)

2) Le thème du jeu Maracaibo est représenté en haut de première page des règles. Les caraïbes au 17e siècle avec de grandes puissances de l'époque telles qu'Espagne, Angleterre et France. Les cartes de personnages me semblent représenter des personnages pour la plupart issus de ces nations.

3) Et à Zhanguo, trouves-tu génant de "devoir" jouer un chinois ? Bref, moi rien ne me choque dans les choix proposés, rien de choquant non plus si d'autres avaient été effectués. Et c'est là que je te rappelle au point 1) : si on cherche, on trouve toujours.

 

minimaliste
minimaliste
Docky dit :
Iskander dit :

2) Euh, je ne vois pas en quoi est-ce le thème du jeu. Quel est le thème du jeu selon toi, et en quoi il explique cette distribution? Je vois simplement que le jeu mets en scène des aventuriers, et rien n'empêche ceux-ci d'être plus diversifiés, c'est totalement approprié. J'ai l'impression que les pirates de Astérix ont plus de diversité que la réprésentation de Maracaibo.

3) au vu de leurs fréquences, on se croirait que l'action se déroule dans une fantaisie pseudo-nordique (sans inuits, bien entendu)

2) Le thème du jeu Maracaibo est représenté en haut de première page des règles. Les caraïbes au 17e siècles avec de grandes puissances de l'époque telles qu'Espagne, Angleterre et France. Les cartes de personnages me semblent représenter des personnages pour la plupart issus de ces nations.

3) Et à Zhanguo, trouves-tu génant de "devoir" jouer un chinois ? Bref, moi rien ne me choque dans les choix proposés, rien de choquant non plus si d'autres avaient été effectués. Et c'est là que je te rappelle au point 1) : si on cherche, on trouve toujours.

 

Ce que tu dis est vrai.

Prenons l'exemple d'un autre jeu: l'île au trésor.
L'auteur du roman original a bien écrit que le héros ne pouvait être qu'un garçon et les personnages sont presque tous masculins, la mère du garçon apparaissant brièvement au début, dans sa fragilité de veuve avec un garçon.

L'auteur du jeu a pourtant mis des personnages féminins.
L'illustrateur a aussi eu le bon goût de ne pas les montrer en caricature type Lara Croft.
2 hommes ont la peau bien tannée, une pirate est légèrement typée asiatique.

Donc oui je te rejoins sur le fait qu'il ne faut pas en faire trop et toujours chercher la  petite bête.
Et en même temps comme dirait l'autre, il est souvent possible de glisser une touche de culture plus moderne.
Et je suis d'accord avec toi que cela ne devrait pas être une obsession, juste un paramètre à prendre en compte, s'il s'inscrit bien dans l'œuvre.

Pour représenter un personnage espagnol, une peau plus foncée n'est pas choquante.
Ça met juste une petite touche, comme ça, légère.
 

My top
No board game found
Docky
Docky
Nous sommes d'accord. Pour l'anecdote, dans l'extension "Armada" de Maracaibo, chacune des 3 cartes contre-amiral (français, anglais, espagnol) contient la même illustration. Le visage est peut-être un peu clair pour un espagnol et un peu trop foncé pour un anglais, question épineuse. Mais en voulant tout représenter et individualiser, il ne faut non plus tomber dans les stéréotypes initialement réprouvés.

Bref, certains y verront un homme, d'autres une personne de type „caucasien“, d'autres encore seront choqués par la sangle de cuir sur l'épaule gauche. Moi je vois un personnage relativement inscrit sur le plan vestimentaire dans l'époque qu'il doit représenter (et une forme d'optimisation des frais d'illustrateur). Tout simplement. Bon jeu !
Clignote
Clignote
Hé ben... on peut dire que le docu du youtuber a bien nourri le débat !

Moi, outre le gamergate et son lien indirect avec l’élection de Trump, la théorie du genre etc etc, ce qui m’a pas mal interpelé et que je trouve intéressant comme modèle de réflexion, c’est la figure du geek, qui ne pouvant a priori pas coller au masculin testostéroné, aurait dû/pu se positionner comme défenseur des minorités, se retrouve, à partir du moment où sa culture commence à devenir dominante, à défendre jusqu’au harcèlement sa parcelle de terrain (gamergate) comme si on lui volait son jouet. Ce qui est assez passionnant, c’est que le documentaire argumente que c’est par le biais de ses connaissances techniques (brancher des câbles, jouer sur PC et non sur console) et de sa maîtrise des jeux experts (rapidité d’exécution dans tel FPS, connaissance sans faille des combos de jeux de combats) qu’il peut défendre sa masculinité avec les dents quand arrivent les jeux « pour les filles » comme les walking simulator, les jeux mobiles, et les revendications d’une meilleure représentativité dans les personnages joués.

Même si la thèse est discutable, c’est sur ce point que je trouve des similitudes avec le JDS. Quand on dit « jeux velus » on dit bien jeux orientés pour geek-masculin-maîtrise-expert non ?
Docky
Docky
Clignote dit :Même si la thèse est discutable, c’est sur ce point que je trouve des similitudes avec le JDS. Quand on dit « jeux velus » on dit bien jeux orientés pour geek-masculin-maîtrise-expert non ?

Pourquoi associer „jeux velus“ à „jeux pour velus“ ? Je persiste : j‘ai l‘impression que beaucoup se forgent une idée, et analysent ensuite leur environnement par un filtre qui biaise leur perception. „Jeux velus“, c‘est peut-être tout simplement drôle (pour certain.e.s) au départ, une forme d’auto-dérision, sans être un message à peine voilé sur la volonté nauséabonde de réaffirmer la supériorité masculine face à la femme asservie et brimée.

C‘est incroyable, quand même. Êtes-vous vraiment sérieux dans votre conception des choses ? Vivez-vous vraiment tel que vous le retranscrivez dans vos interventions ici ? Je suis triste pour vous, sincèrement. Et je suis alors désolé de régulièrement contre argumenter. Mais j‘ai l‘impression de devoir vous rappeler à la modération, à la retenue. Il faut pourtant que je me détourne, cela ne m‘apporte rien, et à vous non plus apparemment.

LEauCEstNul
LEauCEstNul
Soyez modéré si vous appellez a la modération...

Son point de vue se defends : trop longtemps etre geek signifiait etre un garçon.

J'étais geek dans les années 90, je peux vous dire que je n'ai pas trouvé une fille comme moi avant 1996. Une.
My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Docky dit :
Clignote dit :Même si la thèse est discutable, c’est sur ce point que je trouve des similitudes avec le JDS. Quand on dit « jeux velus » on dit bien jeux orientés pour geek-masculin-maîtrise-expert non ?

C‘est incroyable, quand même. Êtes-vous vraiment sérieux dans votre conception des choses ? Vivez-vous vraiment tel que vous le retranscrivez dans vos interventions ici ? Je suis triste pour vous, sincèrement. Et je suis alors désolé de régulièrement contre argumenter. Mais j‘ai l‘impression de devoir vous rappeler à la modération, à la retenue. Il faut pourtant que je me détourne, cela ne m‘apporte rien, et à vous non plus apparemment.

Coucou Docky, à qui s'adresse ce "vous", exactement ?
Moi non plus, je ne pense pas du tout qu'on puisse mettre JdS et jeu vidéo dans le même panier. Mais Clignote a raison de dire qu'une frange du "geekisme" a sombré dans la réaction la plus crasse et la plus extrême par antiféminisme, souvent, peur du changement et xénophobie. On l'a vu dans le jeu vidéo et dans la littérature SF (si certains ont suivi l'histoire des Sad Puppies des Hugo Awards en 2015 & 2016) aux USA, avec des idées souvent rapidement exportées en France par des groupes d'activistes qui ont senti le filon et la force politique qui se cachait là-dedans. Curieusement, le JdS et le JdR (du moins à ma connaissance, LeauCestNul en sait certainement plus sur ce dernier sujet) me semblent relativement épargnés par cette tendance. Peut-être parce qu'il s'agit d'activités fondamentalement sociales ? Ou que les joueurs sont plus vieux et plus insérés socialement ?
La preuve : les débats qui animent le monde du JDS sont souvent basés sur la représentation de tel ou tel groupe social, comme ici avec Macaraibo. Et qu'on puisse en discuter, c'est déjà qu'on se rend compte quelque chose et que ça évolue. Rien que le fait qu'il y ait eu de plus en plus de joueuses et d'illustratrices fait qu'il est difficile maintenant de proposer des guerrière en bikini-de-mailles dans le dungeon crawler le plus basique. Le jeu (sous toutes ses formes) est globalement resté un club très masculin jusqu'à il y a peu. Certains (comme les activistes du Gamergate) croient perdre quelque chose en accueillant de nouvelles personnes dans leur terrain de jeu, alors qu'on y gagne tous quelque chose collectivement, au final.

My top
No board game found
timbur
timbur
C'est quoi ce truc de gamer gate ?
My top
No board game found
LEauCEstNul
LEauCEstNul
Pour le jdr, c'est compliqué.
Globalement, 72-91 (aux US), en gros, le milieu est plutôt masculin mais très genré (bikini cotte de maille). En 91 Vampire sort aux US. Les femmes vampire n'ont rien a envier aux hommes vampire, et le jeu a un succès planétaire.
Paradoxalement, le milieu est moins féminin, mais aussi moins genré en France.
Ensuite, cela suit son chemin et aux US le féminisme dans la pop culture change de nature dans les années MTV (Daria - très grunge, très en avance sur son temps, Buffy - Buffy reste très oldschool dans son approche "Girl Power" mais est aussi très mainstream...) pendant que le jdr se plante en France (Mireille Dumas, Magic, Playstation 1).

La Playstation 1 et les animes ramènent beaucoup de filles dans le geekisme entre 94 et 98.

98 certain jdr (50% environ) intègrent le féminin comme force tout a fait valable, et differencée de l'homme (je pense a des peuples de fantasy entièrement composée par des figures féminines, et qui ne sont pas là pour faire de la figuration, par exemple dans Agone).

Renaissance du jdr vers 2003, renaissance des jds un peu plus tard, sur des bases plus saines.

C'est pas objectif, c'est ce que j'ai perçu. Il faudrait voir ce qu'en disent des gens comme Coralie David, qui serait un million de fois plus pertinente que moi a ce sujet (bien qu'influençée par le care américain, ce que je ne comprends pas trop pour toute une collection de raisons).
My top
No board game found
Default
LEauCEstNul
LEauCEstNul
Oh et le milieu du jdr indé est actuellement très militant au niveau féminisme mais le milieu "mainstream" (les guillemets sont justifiés, on parle de jdr quand même) me semble être revenu a un sexisme d'avant les Shaan-Agone-Prophecy.

En gros, dans les créations US, on en parle pas, c'est pas commercial aux US. Et c'est traduit, c'est ce qui marche en France.
My top
No board game found
LEauCEstNul
LEauCEstNul
timbur dit :C'est quoi ce truc de gamer gate ?

2014, une campagne de cyberharcellement sur une dev de jeu vidéo qui a osé critiquer le milieu de la création de jeu vidéo aux Etats-Unis.

https://en.wikipedia.org/wiki/Gamergate_controversy

C'est sociologiquement plus compliqué que du sexisme pur, puisqu'il y a un volet gamedesign sur lequel il est pertinent de ne pas etre d'accord avec elle (on sortait de la Wii), pas mal de militantisme politique, des considerations puritaines aussi, mais ca a fini par déraper et les arguments ont tres vite viré dans le sordide et le franchement honteux.

En gros, les milieux geeks se découvrent une division qu'ils n'avaient jamais vus : le geekisme issu des animes et des jeux guerrier américains classique (filles à gros boobs, ultraviolence, esthetisme, élitisme, etc) et le reste, dans lequel les thématiques féministes issues des 2nde et 3ème générations du féminisme se sont parfaitement intégrés.
Depuis la France, on découvre qu'il est plus courant qu'on ne le pense d'être réac à 20 ans.

Apres le watergate d'où le gamergate tire son nom, c'est de là que viens le mot "gate" porté a toute les sauces.

My top
No board game found
Pit0780
Pit0780
Dans Atlantis Rising, toutes les fiches persos sont recto/verso. Y'a un côté HOMME et à côté FEMME. 
Certes, ça double le boulot de l'illustrateur (et donc le budget associé), mais c'est tellement cool !

Et franchement, les tenues sont toutes décentes (y'a bien un decoletté ou deux mais rien qui choque).

Tric TracTric Trac
Proute
Proute
LEauCEstNul dit :Pour le jdr, c'est compliqué.
Globalement, 72-91 (aux US), en gros, le milieu est plutôt masculin mais très genré (bikini cotte de maille). En 91 Vampire sort aux US. Les femmes vampire n'ont rien a envier aux hommes vampire, et le jeu a un succès planétaire.
Paradoxalement, le milieu est moins féminin, mais aussi moins genré en France.
Ensuite, cela suit son chemin et aux US le féminisme dans la pop culture change de nature dans les années MTV (Daria - très grunge, très en avance sur son temps, Buffy - Buffy reste très oldschool dans son approche "Girl Power" mais est aussi très mainstream...) pendant que le jdr se plante en France (Mireille Dumas, Magic, Playstation 1).

La Playstation 1 et les animes ramènent beaucoup de filles dans le geekisme entre 94 et 98.

98 certain jdr (50% environ) intègrent le féminin comme force tout a fait valable, et differencée de l'homme (je pense a des peuples de fantasy entièrement composée par des figures féminines, et qui ne sont pas là pour faire de la figuration, par exemple dans Agone).

Renaissance du jdr vers 2003, renaissance des jds un peu plus tard, sur des bases plus saines.

C'est pas objectif, c'est ce que j'ai perçu. Il faudrait voir ce qu'en disent des gens comme Coralie David, qui serait un million de fois plus pertinente que moi a ce sujet (bien qu'influençée par le care américain, ce que je ne comprends pas trop pour toute une collection de raisons).

On peut aller voir aussi le blog Et pourtant elles jouent... qui foisonne d'anecdotes tout aussi sympathiques les unes que les autres.

Après, dans les illustrations des jeux de rôle et la parité dans les aventures, pour ce qui est mainstream justement et qui vient des US, je trouve qu'ils se sont améliorés, Pathfinder affiche même une attitude LGTBF qui est assez étonnante dans les scénarios.

Mais bon, j'ai une amie qui a voulu masteriser une partie dans un salon il y a quelques années, les trois gars inscrits à sa partie se sont barrés quand ils ont vu que le MJ était une femme... Bon, c'était peut-être les seuls trois débiles sur Terre hein, mais quand même... pis vraiment débiles, parce que c'est une très très bonne MJ.

LEauCEstNul
LEauCEstNul
Principalement, il y a du boulot du coté illustrations mais le sujet est compliqué.

En France, je trouve qu'il y a un décalage entre ce que véhiculent les illustrations (pensées pour l'international, et le coeur du problème est là, pour moi) et ce que pensent les joueurs français (les Français sont plus apaisés avec le féminisme pour tout un tas de raisons historiques, politiques et culturelles).
Tu va avoir encore de la célébration mascu dans certains jeux ("Warhammer je te vois" - ce n'est qu'un exemple parmi d'autres) mais il n'y a pas, ou très très peu d'auteurs fr de ce type de jeux.

Je connais 5 ou 6 illustratrices de 20-25 ans, +/- anars, féministes et très "care-friendly". Je poserais la question.
My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Merci beaucoup pour la remise en contexte côté JdR !
 
LEauCEstNul dit :
timbur dit :C'est quoi ce truc de gamer gate ?

2014, une campagne de cyberharcellement sur une dev de jeu vidéo qui a osé critiquer le milieu de la création de jeu vidéo aux Etats-Unis.

https://en.wikipedia.org/wiki/Gamergate_controversy

C'est sociologiquement plus compliqué que du sexisme pur, puisqu'il y a un volet gamedesign sur lequel il est pertinent de ne pas etre d'accord avec elle (on sortait de la Wii), pas mal de militantisme politique, des considerations puritaines aussi, mais ca a fini par déraper et les arguments ont tres vite viré dans le sordide et le franchement honteux.

En gros, les milieux geeks se découvrent une division qu'ils n'avaient jamais vus : le geekisme issu des animes et des jeux guerrier américains classique (filles à gros boobs, ultraviolence, esthetisme, élitisme, etc) et le reste, dans lequel les thématiques féministes issues des 2nde et 3ème générations du féminisme se sont parfaitement intégrés.
Depuis la France, on découvre qu'il est plus courant qu'on ne le pense d'être réac à 20 ans.

Apres le watergate d'où le gamergate tire son nom, c'est de là que viens le mot "gate" porté a toute les sauces.

J'ajoute à ça que cette nébuleuse a été très rapidement instrumentalisée par Steve Bannon, financier de divers courants et journaux de l'extrême-droite américaine et devenu directeur de campagne officieux, puis officiel, de Trump en 2016 (et qui se rapproche à présent des extrêmes-droites européennes, dont notre FN/RN). Du coup, ça rend très très concret et politique ce mouvement de "geek réac", susceptible de devenir une plateforme de recrutement pour des mouvements au "mieux" identitaires, au pire néo-nazis (voir l'alt-right).

My top
No board game found
LEauCEstNul
LEauCEstNul
Mmm, ça n'a pas trop mordu en France je trouve, parce que l'extrème-droite en France actuellement est portée par les 2 Mme Le Pen (et d'autres figures féminines catho-réac). En France l'extrème-droite n'est pas féministe, "mais Jeanne d'Arc, quand même" (quand un Républicain lui préferera Marianne).

Être catho-réac en France est aussi synonyme d'être assez franchement anti-jeu vidéos, jeux pour adultes ou culture pop en général : c'est l'ADFI et ce type d'association de bien-pensants qui avait attaqué le jdr et les "japoniaiseries" fin des 90's/début 2000.

Du coup, il y a grand écart pour un 18-25 de jeuxvideo.com pour être à la fois pro-"les jeux vidéo rendent violent", et pro-"GTA 5" => ça part vers Dieudonné / Soral, tout ça, pas directement vers le RN.

En France, à mon avis ils n'ont pas changés et sont toujours sociétalement influents - on l'a vu avec la Manif pour tous (auxquels en 2020 on peut même rajouter les nouveaux gardiens moraux des religions X, Y ou Z), alors qu'aux US, je les trouve tout simplement morts (ou nains) devant la toute-puissance sociétale de l'industrie de l'entertainment US.
My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Il ne faut pas oublier les mouvements plus "jeunes" et plus connectés, regroupés autour de la culture troll, de Soral, Dieudonné, le Raptor Dissident, etc. Eux aussi finissent par voter RN, sous couvert d'antisystème bien souvent, mais en adhérant finalement tout à fait aux référents réactionnaires classiques (xénophobie, antiféminisme, antisémitisme, anti-immigrationnisme, etc).
Or, beaucoup de ces jeunes sont des joueurs, d'où les gros appels du pied de Philippot à jeuvideo.com pendant la campagne de 2017. Mais c'est vrai, ça a moins pris qu'aux US. Pour le moment...
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Albumine Tagada dit :Et on se dit que l'industrie du JdS est quand même bien mieux lotie !

En es-tu bien certain ? On retrouve quand même dans pas mal de productions une image extrêmement sexualisée des personnages (surtout féminins par ailleurs), que ce soit dans les figurines ou dans les illustrations. Rien que ce sur forum, plusieurs "boobs gate" ont été relevés dans différentes campagnes kickstarter.

My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Uphir dit :
Albumine Tagada dit :Et on se dit que l'industrie du JdS est quand même bien mieux lotie !

En es-tu bien certain ? On retrouve quand même dans pas mal de productions une image extrêmement sexualisée des personnages (surtout féminins par ailleurs), que ce soit dans les figurines ou dans les illustrations. Rien que ce sur forum, plusieurs "boobs gate" ont été relevés dans différentes campagnes kickstarter.

Comparativement au jeu vidéo, je pense quand même que oui. Rien que le fait qu'il y ait des "boobs-gate" en dit long : ça fait réagir. Et ça a de plus en plus tendance à disparaître, ce genre d'illus, non ? (Après, je ne suis pas toutes les sorties kickstarters, mais ça fait longtemps que je n'ai pas vu un méga décolleté ou un bikini en maille en devanture dans les boutiques). Mais ce n'est que mon ressenti. Peut-être qu'une joueuse serait mieux qualifiée que moi pour l'affirmer, c'est vrai !
(En plus, je ne suis pas pour l'éradication totale de ce genre d'illus. Dans Conan, par exemple, ça me paraît justifié et raccord avec les écrits de Howard. Bref, c'est compliqué)

My top
No board game found
Default
LEauCEstNul
LEauCEstNul
Albumine Tagada dit :Il ne faut pas oublier les mouvements plus "jeunes" et plus connectés, regroupés autour de la culture troll, de Soral, Dieudonné, le Raptor Dissident, etc. Eux aussi finissent par voter RN, sous couvert d'antisystème bien souvent, mais en adhérant finalement tout à fait aux référents réactionnaires classiques (xénophobie, antiféminisme, antisémitisme, anti-immigrationnisme, etc).

Je suis d'accord avec le déplacement vers Dieudo/Soral/le Raptor/etc mais ne suis pas sûr que le vote RN soit si automatique.
Ca a surtout donné la composante droite des gilets jaunes, pour moi, mais leur anti-féminisme est surtout motivé par de l'anti-progressisme plutôt que par une réelle volonté de "la-femme-à-la-cuisine" qu'on voit encore aux US. Ca c'est mort en 90 pour moi.

My top
No board game found
Albumine Tagada
Albumine Tagada
Bon, pareil que tout à l'heure, on pourrait continuer en MP là-dessus. Parce que là, je sens que Znokiss va nous sortir un nouveau GIF ;)

Allez, je tente :

 
My top
No board game found