179
réponses
5
followers
By : Uphir | Sunday, September 8, 2019 at 12:41 AM
Default
boby0ne
boby0ne
Bon courage pour ta finale Fantasy! C'est vrai que Kamara est moins visible ces derniers temps. Mais il peut te sortir un gros match lundi. Je vais essayer de chercher la victoire en consolante, et faire mieux l'annee prochaine. 
Pas super excitant le match de ce soir. Je vais me contenter de suivre du coin de l'oeil le score je pense.
ElGrillo
ElGrillo
Agone dit :
Uphir dit :Le rookie, Drew Lock, en a profité pour se montrer; 22/27, 309 yards, 3 TDs et 1 Interception. Il s'agit de sa deuxième victoire en... deux titularisations ! Denver aurait-il enfin résolu le problème de la succession de Manning ?
Allez, en bon fan des Broncos, je vais quand même tempérer par rapport à tout ce qu'on peut lire à droite à gauche. Lock semble avoir quelque chose, mais un QB ne se juge pas sur 2 matchs, plutôt sur 2 saisons ...

On est passé par Tebow, en ce moment il y a Minshew, et même Brandon Allen faisait l'objet d'éloges après son 1er match.

C'est le problème quand on est en pleine traversée du désert, on voit des mirages partout   ;o)

Mais bon, je suis quand même content que Lock montre quelques prédispositions et j'espère qu'on lui donnera le temps tout en l'entourant comme il faut avec nos nombreux choix de draft à venir ...

Fan des broncos également ! (Elway for ever)
Les prestations de Lock me rassurent ceci dit. J'étais très sceptique à sa sortie de fac. Ses matchs universitaires me rassuraient pas tous, ses lectures notamment. Mais c'est toujours pareil, bien entouré, bien coaché, un bon qb peut devenir élite si le système lui convient et qu'il a été choisi en ce sens (Brady, Mahomes, Jackson). On va rester très prudent car ce ne sont que 2 matchs, il y aura des trous d'airs propres à tout rookie, mais il y a un peu d'espoir. Je trouve d'ailleurs intéressant d'avoir un aperçu en fin de saison sur quelques matchs, plutôt qu'attendre la saison prochaine pour savoir !

@boby0ne: merci ! J'ai crowder contre moi ce soir et mis mon andrews sur le banc car blessé. Je vais suivre ça avec attention tout de même. Pour la fantasy  l'année prochaine, je pourrais peut être en greffer quelques uns ici dans ma ligue, ou en créer une si on est assez ! (je suis sur sleeper ou yahoo)

Agone
Agone
ElGrillo dit :Fan des broncos également ! (Elway for ever)
Broncos + SOAD ! Mr a bon goût   ;op
My top
No board game found
boby0ne
boby0ne
Avec plaisir pour une ligue TT. 
ElGrillo
ElGrillo
Agone dit :
ElGrillo dit :Fan des broncos également ! (Elway for ever)
Broncos + SOAD ! Mr a bon goût   ;op

Bien vu ! réciproque donc...
et accessoirement fan de jeux ;)
 

Uphir
Uphir
Vous noterez que j'ai mis un "?" à la fin de ma phrase sur Drew Lock, hein ?

yes
Mais bon, avec Noah Fant et Courtland Sutton, Drew Lock pourrait être le troisième larron d'une jeune attaque pleine d'avenir (auquel on peut rajouter Philip Lindsay, intéressant au sol).
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Sinon, j'aime bien SOAD moi aussi !

yes
My top
No board game found
Agone
Agone
Uphir dit :Vous noterez que j'ai mis un "?" à la fin de ma phrase sur Drew Lock, hein ?

yes
Mais bon, avec Noah Fant et Courtland Sutton, Drew Lock pourrait être le troisième larron d'une jeune attaque pleine d'avenir (auquel on peut rajouter Philip Lindsay, intéressant au sol).

Bien sûr, je suis tatillon ;o)
Côté attaque, tu peux rajouter Freeman et Risner. Not too bad ...

My top
No board game found
Uphir
Uphir
NFL Week XV, et encore un superbe dimanche de football alors que la saison régulière va bientôt rendre son verdict. Cette semaine a vu les Patriots et les Bills valider leur ticket pour les playoffs du côté de l'AFC, alors que dans la NFC, si les six équipes qui joueront en janvier sont quasiment connues, la lutte pour être tête de série numéro 1 se poursuit, avec pas moins de quatre équipes (Saints, Seahawks, 49ers et Packers) présentant le même bilan de 11 victoires pour 3 défaites. Et le pire, c'est que les Vikings (6ème actuellement) ne sont qu'à une petite victoire des leaders (10-4) et que le deuxième de la NFC West (Seattle ou San Francisco) aura a priori un Wild Card à jouer sur le terrain des Cowboys (très performants cette semaine, j'y reviendrai). Autant dire que la post-saison promet d'être "violente" du côté de la Conférence Nationale !

La Conférence Nationale justement, où les 49ers, qui avaient repris le seed #1 la semaine dernière à la faveur de leur superbe victoire contre les Saints, se sont fait surprendre à domicile par des Falcons qui décidément aiment jouer "les gros" (ils étaient allés gagner chez les Saints il y a quelques semaines). Le match fut longtemps fermé, avec deux défenses qui ont laissé peu de place aux attaques, mais San Francisco a cru avoir fait le plus dur lorsque Kyle Juszczyk, sur équipe spéciale, a réussi à arracher le ballon au returner adverse avant de le remonter sur les 2 yards adverses. Deux snaps plus tard, Jimmy Garoppolo (22/34, 200 yards, 1 TD) trouve le même Juszczyk dans la peinture et les locaux prennent le large au tableau d'affichage (19-10). Les visiteurs réagissent alors et marquent à leur tour sur une course à bout portant de Qadree Ollison (19-17). San Francisco croit se donner un peu d'air grâce à un kick réussi de Robbie Gould (22-17), mais sur l'ultime possession, Matt Ryan, et son compère, Julio Jones (134 yards, 2 TDs) viennent frapper à la porte de l'end-zone. Il reste une poignée de secondes à l'horloge; premier missile de Ryan capté dans la peinture... mais le TD est annulé après révision vidéo pour un ballon "non contrôlé pendant le processus de réception". Dernière cartouche avec 2 secondes à jouer, cette fois-ci Julio Jones capte le cuir mais il parait trop court; nouvelle révision vidéo... et les "zèbres" lèvent les bras ! TD accordé, Jones ayant "cassé le plan". Atlanta passe devant 23-22 !

Julio Jones - Game winning TD at 49ers

Il reste pourtant un kick off à gérer; SF s'essaye à la méthode rugby mais comme souvent sur ce genre de jeu improvisé, le ballon fini à terre... fumble recouvert par les visiteurs qui le remontent jusqu'à l'end-zone pour un ultime touchdown. Victoire de prestige des Falcons (29-22) déjà éliminés de la course aux playoffs mais véritables juges de paix en cette fin de saison.

A la défaveur de cette défaite, San Francisco bascule... à la 5ème place du classement de la Conférence (pour rappel, les quatre premières places sont "réservées" aux vainqueurs des quatre Divisions, sans considération de leur bilan). En effet, un peu plus tôt dans l'après-midi, les Seahawks se sont imposés (presque) sans trembler face à des Panthers en complète perdition sur cette fin de saison. Largement devant au score (30-10) à un peu plus de sept minutes de la fin, Seattle a laissé Carolina revenir dans la partie. Deux touchdowns ont ramené les "félins" à une possession d'écart, mais Seattle a ensuite gardé le cuir et contrôlé l'horloge, en réussissant notamment une 3ème & 11 importante sur une connexion entre Russell Wilson (20/26, 286 yards, 2 TDs) et Tyler Lockette. Les nouveaux leaders de la NFC West ont pu compter sur une performance encore décevante de Kyle Allen (auteur de 3 interceptions) pour remporter la victoire; Kyle Allen qui ne semble désormais plus être la solution d'avenir du côté de Carolina puisqu'il pourrait être remplacé par le rookie Will Grier au prochain match... en attendant un retour de Cam Newton la saison prochaine ? L'intersaison va être longue du côté des Panthers.

Paradoxe des "Tie Breakers" en NFL, voilà Seattle nouveau numéro 1 de la NFC (grâce à leur victoire contre San Francisco au match aller) sans pourtant être officiellement qualifié pour les playoffs, pendant que les 49ers tombent à la 5ème place... en étant eux, assurés de jouer les phases finales ! L'un a battu les Saints, pas l'autre ! L'affrontement des deux équipes en dernière semaine va être explosif ! A moins que l'un des deux ne chutent la semaine prochaine; Seattle reçoit Arizona et San Francisco reçoit... les Rams !

Les Rams ? Quels Rams ? C'est là toute la question ! Après une excellente performance face aux Seahawks dimanche dernier (victoire 28-12) qui laissait penser que l'on avait retrouvé les finalistes de la saison passée et que Los Angeles était encore en course pour les playoffs, les hommes de Sean McVay se sont fait humilier par des Cowboys peu clinquants pourtant ces dernières semaines; preuve que malgré son maigre bilan (7-7), Dallas pourrait être un véritable poison à jouer lors des Wild Cards... si ils écartent définitivement Philadelphie la semaine prochaine (confrontation directe pour emporter la NFC Est). Les texans ont écrasé leur adversaire, 44-21, ne laissant que des miettes à des "béliers" sans solution. Aaron Donald a été maitrisé tout au long du match par l'excellente ligne offensive de Dallas qui a permis à ses coureurs de dominer le match; Ezekiel Elliott (24 courses, 117 yards, 2 TDs) et le rookie Tony Pollard (12 courses, 131 yards, 1 TD) ont concrétisé cette domination au sol (263 yards au total). A l'entame du dernier quart, les locaux menaient 37-7, ne laissant aucun espoir aux visiteurs... qui voient s'éloigner un peu plus les phases finales !

Pour la beauté du geste, je ne résiste pas à vous montrer le "one hand catch TD" de Jason Witten qui montre qu'il a bien fait de sortir de sa retraite pour une dernière pige dans le Texas...

Jason Witten - one hand catch TD vs Rams

Pendant que L.A se faisait "découper", les Vikings (actuellement 6ème, et désormais avec deux victoires d'avance sur les Rams) ne faisaient qu'une bouchée des Chargers; l'autre équipe de Los Angeles a été particulièrement ridicule, en perdant pas moins de sept ballons ! Philip Rivers a lancé 3 interceptions et on se demande quand même si il ne vit pas là sa dernière saison tant son niveau cette année est loin de ses standards habituels. Minnesota s'est donc imposé facilement (39-10) mais a perdu son coureur vedette, Dalvin Cook, sur blessure (à l'épaule); il a été bien suppléé Mike Boone, auteur de 2 TDs au sol. Là encore, les "purple" risquent de ne pas être de simples "sparring-partners" en Wild Card.

Je terminerai ce tour complet de la NFC en revenant rapidement sur trois autres matchs importants pour la course aux playoffs. En embuscade derrière Seattle, New Orleans et Green Bay ont assuré. Philadelphie a mal joué mais est toujours en vie...

Les Saints donc ont vite plié l'affaire face aux Colts qui n'ont plus rien à jouer (34-7). Le match est surtout à retenir pour de nouveaux records qui viennent s'ajouter à la longue liste de faits de Drew Brees. Avec un 29 sur 30 à la passe, le quaterback vétéran a terminé avec 96,7% de completion, effaçant le record de Philip Rivers (96,6%). Il a également lancé ses 540ème et 541ème passes de touchdown, dépassant ainsi Peyton Manning qui s'était arrêté à 539. Actuellement 2ème de la Conférence (s'offrant ainsi une semaine de repos début janvier si les choses en restaient là), New Orleans est également allé récupérer sur le waiver Janoris Jenkins, coupé par les Giants, histoire de renforcer sa défense contre la passe, actuellement dans le ventre mou de la ligue.

A l'image des semaines précédentes, les Packers ont commencé pied au plancher face aux Bears, avant de ralentir et de laisser une opportunité à leurs adversaires de revenir en fin de match. Menant 21-3 à l'entame du dernier quart-temps, Green Bay a vu Chicago revenir dans le match pour finalement échouer à une possession. Clairement, GB tourne à l'économie en cette fin de saison, préservant ses forces pour les semaines décisives... à commencer par dimanche prochain et la rencontre face aux Vikings !

Et donc, un petit mot des Eagles, toujours aussi décimés par les blessures... mais toujours aussi brouillons et qui ont bien failli être les dindons de la farce en étant la seule équipe de "volatiles" à s'incliner ce dimanche. Heureusement, Philadelphie a été sauvé par un homme de l'ombre; à 32 secondes de la fin du match, et alors que Washington menait 27-24, Greg Ward a catché le touchdown de la victoire sur la tête d'un Josh Norman peu inspiré pour le coup. Ward était dans le practice squad des Eagles il y a encore peu, mais l'avalanche de blessure l'a promu au rang de receveur numéro 1; il sauve tout simplement son équipe sur ce coup là ! Pourra t'il renouveler l'exploit la semaine prochaine face à Dallas pour la finale de la Division ? A voir...

Après cette review je pense assez complète de la NFC, un coup d'oeil sur l'AFC...

Je vais passer assez rapidement sur la performance des Ravens jeudi soir face aux Jets; l'affiche était déséquilibrée sur le papier, et elle le fut sur le terrain avec un score sans appel. 42-21 pour Baltimore. A l'occasion de cette rencontre, Lamar Jackson (15/23, 212 yards, 5 TDs et 8 courses, 86 yards) a dépassé Michael Vick en terme de yards gagnés au sol sur une saison pour un quaterback; Jackson en est à 1.108 pour cet exercice alors que Vick s'était arrêté à 1.039. Mais ce qui impressionne chez le jeune lanceur de Baltimore, c'est qu'il n'a pas que les jambes (ce qu'on lui reprochait la saison passée); encore 5 TDs lancés et une évaluation à 134.4. Le joueur de deuxième année est plus que jamais en course pour le titre de MVP de la saison !

Sous la neige (on aime toujours ça !), les Chiefs ont également connu un dimanche "tranquille" face à Denver; 23-3. Nullement gêné par les intempéries, Patrick Mahomes a rendu une copie habituelle pour lui; 27/34, 340 yards, 2 TDs, 1 interception). En face, Drew Lock, dont je disais du bien la semaine dernière, a été plus en difficulté; 18/40, 208 yards, 1 interception. L'ambiance est bonne du côté de Kansas City où les joueurs se sont lancés dans une bataille de boules de neige à l'échauffement. Et pour clôturer cette bonne semaine, Kansas City est allé réclamer sur le waiver Terrell Sugg, l'ancien linebacker vétéran des Ravens, coupé par les Cardinals qui n'ont plus rien à jouer. Il s'est longtemps dit que Sugg ne retournerait qu'à Baltimore, mais avec leur fiche de 12-2, Baltimore était la dernière équipe à pouvoir le réclamer. Kansas City est donc passé par là et aux dernières nouvelles, le linebacker en serait satisfait !

Le gros choc de la semaine dans cette Conférence opposait les Titans aux Texans. Branché sur courant alternatif (une victoire face aux Patriots... une défaite face aux Broncos), on pensait que le momentum était favorable à Tennessee, ce qui a failli se confirmer dès le début de match lorsque Deshaun Watson s'est fait intercepter dans la end-zone. Les locaux n'ont pas su en profiter, et c'est bel et bien Houston qui prend 14 points d'avance à la mi-temps, notamment grâce à un DeAndre Hopkins toujours clutch (6 réceptions, 119 yards). Mais en troisième quart-temps, Tennessee refait son retard grâce au rookie qui fait parler de lui; A.J Brown, auteur de 8 réceptions, 114 yards, 1 TD... et joueur clé de l'offense des Titans alors que Derrick Henry a été très bien contenu par la défense des Texans. Dans le dernier quart-temps, Houston repasse à l'attaque face à des Titans fatigués; Carlos Hyde (26 courses, 104 yards, 1 TD) redonne l'avantage aux siens. Puis un coup de pied victorieux donne 10 points d'avance aux visiteurs. Les locaux parviennent à marquer à nouveau, mais échouent finalement à trois petits points de leurs adversaires; 24-21. Si les Texans s'imposent la semaine prochaine, ils remporteront l'AFC Sud et le match retour entre les deux formations en semaine 17 comptera pour du "beurre" (sauf si les Titans sont encore en course pour accrocher la 6ème et dernière place qualificative).

Un petit mot des Patriots qui ont donc officiellement validé leur place en playoffs avec une victoire attendue contre les Bengals. Cincinnati a fait illusion pendant un quart-temps, le temps de mener 10-7. Puis la défense anti-aérienne de New England se met en place et Andy Dalton ne voit que du blanc; le quaterback des Bengals termine avec quatre interceptions dans la musette ! Malgré le score final (34-13), le match est loin d'avoir levé tous les doutes sur l'offense des Patriots, avec un Tom Brady encore limité (15/29, 128 yards, 2 TDs). Si on ajoute à cela qu'Edelman jouait blessé, difficile quand même d'être optimiste quant à l'avenir des hommes de Bill Belichick. Nous aurons un début de réponse la semaine prochaine lors de l'opposition face à Buffalo, également qualifié pour les phases finales.

Sans être extraordinaires, les Bills signent leur deuxième qualification en playoffs en trois ans. Si celle d'il y a deux ans était miraculeuse (une défaite à la dernière seconde de la dernière journée des Ravens face aux Bengals avait offert le seed #6 à Buffalo), cette année Buffalo aura signé une très belle saison (10-4 pour le moment). Face à des Steelers à l'effectif limité, les Bills se sont une nouvelle fois appuyés sur leur excellente défense; Devlin Hodges a été intercepté à quatre reprises et Pittsburgh a été limité à 229 yards de gain en attaque. Dans ces conditions, l'attaque de Buffalo n'a pas eu à forcer; un touchdown à la course de Josh Allen, un à la passe, et un field goal de Hauschka. Une victoire 17-10 qui permet aux Bills de disputer la tête de la division aux Patriots la semaine prochaine.

Je terminerai mon résumé de cette semaine par la page qui se tourne tristement à Oakland; les Raiders jouaient pour la dernière fois de leur histoire (en tout cas pour l'instant) au Coliseum puisque la franchise évoluera à Las Vegas la saison prochaine. Mais les Jaguars ont gâché la fête sur l'ultime drive d'un match que les Raiders n'auraient jamais dû perdre. Les locaux menaient en effet 16-3 à la pause face à des Jags bien inoffensifs; mais les visiteurs ont petit à petit rattrapé leur retard et dans les toutes dernières secondes, Gardner Minshew (17/29, 201 yards, 2 TDs) a trouvé Chris Conley d'une passe plein axe dans la end-zone. Une défaite 20-16 qui a provoqué la fureur des fans; le tour d'honneur s'est terminé par des insultes et des jets de détritus sur les joueurs. Triste fin pour le "Black Hole" !

C'est tout pour aujourd'hui. N'oubliez pas que le week-end prochain, trois matchs seront disputés le samedi, et le reste le dimanche.

Vivement le week-end.
My top
No board game found
boby0ne
boby0ne
Victoire facile des Saints hier. La bataille pour les Seed #1 et 2 est intense en NFC! 
Drew Brees détient maintenant à peu près tous les records de QB. Apres avoir dépassé P. Manning pour le nombre de passes de TD sur sa carrière. Et M. Thomas est à 12 réceptions du record de réceptions sur une saison régulière! Quelques stats intéressantes à suivre pour le grand final! On remercie aussi Atlanta pour leur victoire contre les 49ers :) Pour une fois que j'étais derrière cette équipe pour un match ils ne m'ont pas déçu :)
 
Default
Uphir
Uphir
Quelle sale soirée ! Oh oui, quelle sale sale soirée ! Et je ne dis pas ça uniquement parce que Seattle a perdu, reculant à la seed #5 de cette NFC décidément très compétitive. Non, pour des raisons personnelles, je n'ai pas pu suivre cette week XVI comme je l'aurai souhaité et même si le suspens n'est plus tellement au rendez-vous avec peu de rencontres impactant les places en playoffs (on connait désormais 11 des 12 qualifiés pour la post season), je suis un peu déçu de ne pas pouvoir vous offrir un retour complet sur ce week-end de foot U.S. Néanmoins, les choses importante à retenir après cette avant-dernière journée de saison régulière...

Donc comme je le disais en préambule, Seattle s'est incliné face à de vaillants Cardinals qui n'ont pourtant plus rien à espérer cette saison; 27-13. L'affaire avait bien débuté avec un TD de Nick Bellore sur une petite passe lobée de Russell Wilson (16/31, 169 yards, 1 TD). Ensuite, ce fut le désert ! On a retrouvé malheureusement la ligne "poreuse" de Seattle; Russell Wilson a été sacké 4 fois rien que durant la première mi-temps ! Dans la foulée, Kyler Murray (11/18, 118 yards, 1 TD), sorti sur blessure dans le 3ème quart-temps, et surtout Kenyan Drake (24 courses, 166 yards, 2 TDs), dont le départ de Miami a vraiment fait du bien, enfoncent la défense locale; 17-7 à la mi-temps, puis 20 à 7 après un fumble perdu de David Moore. Seattle réussit à revenir à une possession d'écart (20-13) grâce à deux field goals avant que Drake ne porte l'estocade avec son deuxième touchdown de la soirée. Au delà de la défaite, les Seahawks perdent leurs deux coureurs restant; Chris Carson (touché à la hanche) et C.J Prosise (bras cassé), qui rejoignent donc Rashaad Penny à l'infirmerie. Seattle n'a plus de running back ! Pourtant, les hommes de Pete Carroll conservent une chance de terminer en tête de la division à condition de battre les 49ers lors du dernier match de la saison (ce sera le Sunday Night Football de clôture de la saison régulière, dimanche prochain !). Sur le papier, la tâche parait quand même bien difficile et Seattle pourrait avoir à jouer les Wild Cards sur le terrain du vainqueur de la NFC Est...

... les Eagles ! Car oui, Philadelphie, héroïque, a battu les Cowboys dans le match crucial de cette faible division. Dallas avait pourtant frappé un (très) grand coup en dominant outrageusement les Rams dimanche dernier, mais il faut croire que les hommes de Jason Garett (dont les jours sont plus que jamais comptés) sont incapables d'enchainer deux bonnes performances de suite. Dans un match marqué par de nombreuses maladresses, Philly a serré les dents; la défense a notamment réalisé une grosse performance en limitant complètement "Zik" Elliott (47 yards seulement) et provoquant plusieurs big plays, à l'image du fumble provoqué par Fletcher Cox sur une 4ème & 1 de Dallas. Bien que décimés par les blessures, les Eagles ont pu s'appuyer sur de talentueux "seconds couteaux", à l'image de Miles Sanders (156 yards, 1 TD), J.J. Arcega Whiteside ou encore Greg Ward, tous trois décisifs dans ce rush final. Avec cette victoire, Philadelphie a son destin en main; une victoire la semaine prochaine contre les Giants et Philadelphie s'adjurera la NFC Est (avec un maigre bilan de 9-7, le plus faible de tous les participants aux phases finales; mais on sait ce que cela donne quand les "verts et blancs" arrivent en playoffs avec le statut d'outsiders !). Du côté de Dallas, on ne peut qu'espérer un miracle; Jerry Jones a quitté le stade furieux hier soir et si les texans ne vont pas en playoffs (très probablement), il risque d'y avoir un grand ménage durant l'intersaison.

Du ménage, il pourrait y en avoir aussi chez les Rams ! Dès samedi soir, les champions de la NFC en titre ont été envoyés en vacances prématurément par les 49ers (qui reprennent la tête de la Conférence grâce à la défaite de Seattle... quel chassé-croisé depuis trois semaines !). Si cette année, L.A a survécu grâce à sa défense, c'est bel et bien elle qui a craqué en toute fin de rencontre face à San Francisco. Sur le winning drive de "frisco", la D des béliers concèdent deux gros gains sur des 3ème et longs qui mettent les californiens à portée de field goal; Robbie Gould à 33 yards ne manquent pas le cadre et donne la victoire à son équipe, 34-31. Si Sean McVay n'est pas menacé, L.A va devoir rebâtir autour de ses deux joueurs vedettes, Jared Goff et Aaron Donald. Si le deuxième est incontestable, ce n'est pas forcément le cas du premier... mais le gros contrat signé par Goff au début de la saison empêchera sans doute tout mouvement au poste de quaterback chez les Rams.

Toujours en NFC, et derrière San Francisco (en attendant le choc de division entre Green Bay et Minnesota), les Saints sont allés remporter une difficile mais précieuse victoire sur le terrain des Titans, écartés définitivement depuis la veille de la course au titre en AFC Sud. Tennessee a cru l'exploit possible lorsqu'ils ont récupéré la balle dans le money time avec une possession d'écart, suite à une feinte de punt manqué par New Orleans. Mais sur le snap suivant, Kalif Raymond perd possession de la balle sur un placage très agressif et qui le laissera sonné pendant de longues secondes sur la pelouse; ce turnover est fatal aux Titans puisque les Saints concluent l'affaire sur un ultime TD de Michael Thomas, lequel, à l'occasion de ce match, bat le record du nombre de réceptions en une saison (144 jusque là). Score final 38-28.

Paradoxalement, les Titans ont perdu... mais ont gagné quand même ! Car pendant qu'ils s'inclinaient après une belle résistance face à New Orleans, les Steelers sortaient un match très très moyen (pour rester poli) à New York, s'inclinant face aux Jets (16-10). Pittsburgh a complètement déjoué ce qui s'est remarqué au niveau du coaching, pour une fois peu inspiré, de Mike Tomlin. Devlin Hodges (11/17, 84 yards, 2 Interceptions) a été benché au profit de Mason Rudolph (14/20, 129 yards, 1 TD), lequel a dû sortir sur blessure, laissant sa place à... Devlin Hodges. Forcément en total manque de confiance, le jeune quaterback a consumé ses dernières cartouches sans réussir le comeback (même si il s'en est fallu de peu sur une dernière très longue passe parfaitement défendue par Marcus Maye; probablement l'action défensive de la semaine !). Résultat, Pittsburgh lâche la 6ème place de l'AFC synonyme de playoffs au profit des Titans, vaincus également, mais bénéficiaires du tie breaker.

Si Tennessee peut croire en ses chances de PO, mais ne peut plus remporter la division, c'est parce que leurs rivaux, les Texans, ont plié l'affaire samedi soir en s'imposant 23-20 contre les Buccaneers d'un désespérant Jameis Winston. Le quaterback s'est encore distingué en lançant 3 interceptions en un quart-temps et demi, avant de faire revenir son équipe au score, et de lancer l'interception qui scelle le match dans le money time. Que faire avec ce joueur ? Même Bruce Arians se refuse à toute prospective ! Toujours est-il que sans la générosité du quaterback adverse, Houston aurait été en difficulté; les joueurs de Bill O'Brien n'ont pas montré grand chose, rendant une prestation offensive assez terne (229 yards seulement de gagné). A la faveur de leur titre de division, ils joueront leur Wild Card à domicile, mais ils pourraient affronter Buffalo qui semble bien armé pour leur donner du fil à retordre.

Les Bills justement, assurés de participer aux playoffs, ne remporteront pas l'AFC Est; Buffalo s'est incliné à New England, 24-17. A l'image du match aller, les Bills n'ont pas été de simples sparring-partners, réussissant même à passer devant au score à la fin du troisième quart-temps (13-17). Mais la défense des visiteurs a fini par céder, à cause notamment de la fatigue, ayant passé 39 minutes sur le terrain ! A 5 minutes du terme, Burkhead inscrit, au sol, le TD de la victoire qui offre le titre de vainqueur de division aux Patriots; le 11ème consécutif.

Les défaites conjuguées de Pittsburgh et de Tennessee offre un mince espoir aux Raiders d'accrocher le sixième et dernier ticket pour les playoffs. Oui, mathématiquement, ils ont encore leur chance; il faudra qu'en dernière semaine ils battent les Broncos et que dans le même temps, les Ravens battent les Steelers, les Texans battent les Titans et les Colts battent les Jaguars. Des scénarios pas si improbables que cela ! Oakland doit sa survie à sa victoire 24-17 face aux Chargers; un match au cours duquel les "pirates" ont su parfaitement contrôler le chronomètre, avec deux drives chronophages, de 8 et 9 minutes en deuxième période, ponctués par des points au compteur. Même si L.A est revenu à une possession en toute fin de rencontre, un onside kick manqué et de nouvelles courses victorieuses d'Oakland ont scellé le score.

Toujours côté AFC, on notera que les Ravens se sont définitivement assurés la tête de série numéro 1 pour les playoffs, à l'occasion de leur victoire 31-15 contre les Browns. Un match au cours duquel Lamar Jackson a continué d'empiler les stats; 20/31, 238 yards et 3 TDs auxquels s'ajoutent 105 yards à la course. Baltimore a ainsi pris sa revanche du match aller où ils avaient été battus par Cleveland; l'une des rares bonnes perfs des "dogs" cette saison ! En revanche, la victoire a été coûteuse pour les corbeaux puisqu'ils perdent Mark Ingram (91 yards, 1 TD) et Mark Andrews (93 yards, 2 TDs) sur blessure; deux pièces maitresses de leur attaque ! N'ayant plus grand chose à jouer d'ici les playoffs, cela laisse trois semaines au staff médical pour les remettre sur pieds car leur absence pourrait être préjudiciable lors des matchs couperets.

Enfin, pour en terminer avec les futurs participants aux phases finales, les Chiefs se sont facilement imposés face aux Bears, 26-3, et restent en embuscade à la troisième place de la conférence, espérant un éventuel faux pas des Patriots lors de la dernière journée pour grappiller une place synonyme de bye week. L'occasion pour Patrick Mahomes (23/33, 251 yards, 2 TDs) de faire regretter aux scouts de Chicago de l'avoir boudé, il y a deux ans et demi, lors de la draft. En effet, en 2017, les Bears, avec le choix numéro 2, avaient opté pour Mitch Trubisky. Mahomes était choisi quant à lui en 10ème position (et 2ème QB de cette classe) par les Chiefs. On connait la trajectoire des deux hommes depuis; une décision que Mahomes n'a pas manqué de faire remarquer en comptant sur ses doigts jusqu'à dix (son pick à la draft) après un touchdown de son équipe.

Allez, un dernier mot, pour parler de l'autre côté du classement; c'est officiel, après leur défaite 38-35 face aux Dolphins, les Bengals se sont assurés le first pick à la prochaine draft. Au cours de ce match riche en points, Ryan Fitzpatrick a fait le show; 31/52, 419 yards, 4 TDs, 1 Interception. Statistique amusante; depuis 2009, il est le quaterback qui a lancé le plus de yards lors d'une première mi-temps (252 rien qu'hier soir). Cincinnati a répliqué dans le deuxième acte et à l'ultime seconde du match, après un onside kick recouvert, Andy Dalton (33/56, 396 yards, 4 TDs) a trouvé d'abord Tyler Eifert pour le TD du 33-35, avant de convertir lui-même à deux points au sol pour arracher la prolongation. Un overtime qui a vu Miami malgré tout s'imposer sur un field goal réussi. Avec ce first pick, reste à savoir ce que Cincinnati fera; au vu de cette saison, il est probable que les "tigres" aillent chercher un quaterback et que l'avenir de Dalton, déjà benché au cours de la saison, ne s'inscrive plus chez les Bengals.

C'est tout pour aujourd'hui.
My top
No board game found
bobbylafraise
bobbylafraise
Merci Uphir, avec les fêtes, ça sent bon les playoffs ! 

Bobby en mode apéral et cahuètes
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Ca se rapproche, ça se rapproche !
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Je n'ai pas eu le temps d'en parler mais lundi soir, les Packers se sont adjugés la NFC Nord en venant à bout des Vikings 23-10. Une performance en grande partie due à leur défense qui a mis au supplice Kirk Cousins, intercepté une fois et surtout sacké à cinq reprises. Même sans un grand Aaron Rodgers (lequel n'a pas lancé un seul TD), Green Bay l'a emporté ce qui est plutôt de bonne augure avant d'entamer les playoffs. Minnesota, déjà assuré de jouer en janvier, est figé à la 6ème place de la Conférence quel que soit le résultat de leur dernier match; ils auront donc un Wild Card à négocier contre le troisième de la Conférence.

Dans un autre registre, décimés par les blessures au poste de running back, les Seahawks ont décidé de faire appel à un ancien; Marshawn Lynch va donc tenter de "sauver" Seattle dans un improbable comeback après une saison passée sans jouer. The Beast, après avoir fait les beaux jours des 'hawks s'était perdu du côté des Raiders, où les blessures avaient eu raison de son amour du jeu. Il tente pourtant un ultime tour de force en s'engageant avec Seattle pour le dernier match de la saison et les playoffs. Bien entendu, on espère une belle histoire car il reste un joueur -et un personnage- d'exception, mais les sceptiques -dont je fais partie- ne croient pas trop à un happy end.
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Et voilà, nous y sommes ! Quatre mois de compétition, dix sept dimanches, deux cent cinquante six matchs... et plus que douze équipes en lice pour tenter de soulever le Lombardi dans un peu plus d'un mois. Pour les vingt autres, l'heure des choix a commencé; après les renvois de Ron Rivera (Panthers) et Jay Gruden (Redskins) en cours de saison, le "black monday" (le "lundi noir", tel qu'est appelé le lundi qui suit la dernière journée de la saison régulière et qui voient les coachs qui ont déçu se faire virer) a vu les départs de Pat Shurmur (Giants) après deux saisons et Freddy Kitchens (Browns) après une seule... il est vrai, très décevante au regard de la hype suscitée par le recrutement clinquant du printemps. Nul doute que d'autres vont suivre ! On peut aussi citer Bruce Allen, le président des Redskins, remercié par le propriétaire; il est vrai que les rumeurs faisaient état d'une défiance des coachs à venir à Washington à cause de l'organigramme de la franchise; de fait, suite au départ d'Allen, c'est Rivera qui pourrait prendre le poste de HC des Redskins. Mais de tout cela, nous aurons le temps d'en reparler. Retour sur ce dernier dimanche de la saison régulière qui a vu quelques surprises... en tout cas, au moins une, et une très grosse !!!

Lorsque Tom Brady (16/29, 221 yards, 2 TDs, 1 Interception) a trouvé James White à 3:59 de la fin pour le touchdown qui mettait (enfin) les Patriots devant au score (20-24), on a pensé que New England allait une nouvelle fois s'en sortir. Après tout, que pouvaient faire les si faibles Dolphins contre la meilleure escouade défensive de la ligue ? C'était sans compter sur Ryan Fitzpatrick, auteur d'un bon match (et d'un excellent dernier drive), qui réussit à se connecter avec Mike Gesicki dans la peinture à 26 secondes du terme, donnant la victoire sur le fil à Miami (27-24). Une défaite cruelle, mais pas illogique sur l'ensemble du match, pour les Patriots qui de fait chutent à la 3ème place de la Conférence Américaine et se voient contraint de jouer dès le week-end prochain un Wild Card round; cela ne leur était plus arrivé depuis 2010 (et une défaite face aux Ravens). Pour la petite histoire, le pourcentage d'équipes ayant atteint le Super Bowl en étant passé par les Wild Cards est de... 20,8% ! Autrement dit, c'est bien plus qu'une "simple" défaite que New England a encaissé hier soir. Comme d'habitude, on se gardera bien d'enterrer la bande à Belichick qui arrive en playoffs avec l'expérience et quelques certitudes; notamment celle d'être la défense qui a encaissé le moins de yards par match cette année (275,9). Mais on est en droit quand même de s'interroger sur "l'état" des tenants du titre; une attaque loin d'être dominante, un Brady qui montre quand même des signes de vieillesse, et une défense qui a réalisé une moins bonne deuxième partie d'exercice, avec des défaites notamment contre les Ravens, les Chiefs et les Texans... trois adversaires susceptibles de leur barrer la route vers la finale ! On peut également ajouter que si elle est excellente, la défense des Patriots n'est classée "que" 6ème contre la course... cela tombe mal, leur adversaire le week-end prochaine possède un monstrueux coureur !

Pour se qualifier pour les playoffs, les Titans avaient besoin d'une victoire contre le vainqueur de leur division, les Houston Texans, vainqueurs du match aller il y a deux semaines. Ces derniers, déjà assurés de la seed 4 et n'ayant rien à jouer, ont donc laissé nombre de titulaires au repos (Deshaun Watson, DeAndre Hopkins...), laissant Tennessee "s'amuser" tout seul. Les Titans ne se sont donc pas fait prier et ont remporté une victoire facile, 35-14, sous l'impulsion de Derrick Henry; 32 courses, 211 yards, 3 TDs. Henry termine ainsi en tête des running backs cette année avec 1.540 yards (et 16 TDs). De quoi donné des sueurs froides à New England, qui devra aussi faire face à un Ryan Tannehill retrouvé depuis son transfert (13/20, 198 yards, 2 TDs) et à la révélation offensive de l'année, A.J Brown (4 réceptions, 124 yards, 1 TD). Mike Vrabel aura les armes pour défier son ancien mentor, Bill Belichick ! Ce sera dans la nuit de samedi à dimanche prochain, à 02h15.

Ceux qui profitent de la défaite des Patriots, ce sont les Chiefs qui s'offrent donc une semaine de repos. Kansas City n'a pas livré un gros match face aux Chargers, et on a même pu penser qu'ils n'allaient pas profiter de "l'exploit" des Dolphins. Il aura fallu attendre le troisième quart temps et une course monstrueuse de Damien Williams de 84 yards, qui résiste à trois plaqueurs avant de sortir de la mêlée et foncer vers l'end zone. Ce même Williams qui marquera le TD qui scelle le score (31-21) alors que les "bolts" étaient revenus à trois petits points. Même si la prestation fut loin d'être parfaite, Kansas City est sur une excellente dynamique, avec six victoires de suite et une montée en puissance indéniable, notamment de la part de l'escouade défensive. Seul point noir, la blessure de Juan Thornhill; le safety est blessé au genou et pourrait manque les playoffs. Un petit mot quand même sur les Chargers au sein desquels l'avenir de Philip Rivers (31/46, 281 yards, 2 TDs, 2 Interceptions) n'est pas assuré; Rivers, qui sort d'une saison moyenne (88.5 d'évaluation), se voit continuer mais il sera free agent au printemps et pour le moment, rien ne semble décidé pour le conserver... à suivre, donc.

Avec la victoire des Titans, les "affaires" étaient bouclés du côté de l'AFC. De toute façon, ni les Raiders, battus chez les Broncos (16-15), ni les Steelers, battus chez les Ravens (28-10), n'ont fait le nécessaire puisqu'il leur fallait au moins gagner leur match. Face à Pittsburgh, Baltimore a logiquement fait tourner son effectif; l'occasion de revoir Robert Griffin III sur un terrain (11/21, 91 yards, 1 Interception et 8 courses pour 50 yards). Côté statistiques, les Ravens sont devenus l'équipe à avoir gagné le plus de yards au sol sur une saison (3.296 yards); le précédent record était détenu par les Patriots, en 1978 (3.165 yards).

Du côté de la NFC, la soirée était animée par le gain de la tête de série numéro 1 (disputée entre les 49ers, les Saints et les Packers) et par le duel à distance pour remporter la NFC Est.

Les Cowboys ont fait ce qu'il fallait en venant à bout sans trop de difficulté des Redskins. Une victoire 47-16 au cours de laquelle les deux grosses stars de Dallas, Dak Prescott (23/33, 303 yards, 4 TDs) et Ezekiel Elliott (18 courses, 122 yards, 1 TD), ont fait le boulot. L'occasion de signaler que les Cowboys terminent meilleure attaque de la ligue, avec une moyenne de 431,5 yards gagnés par match. Malheureusement, tout cela n'aura servi à rien puisque dans le même temps, les Eagles l'ont emporté sur le terrain des Giants. Une victoire qui fut longue à se dessiner; on a pensé un instant que Philly avait fait le plus dur lorsque Boston Scott a donné un touchdown d'avance à son équipe (17-10) dans le troisième quart temps, mais Saquon Barkley, jusque là bien maitrisé, à répondu d'une course victorieuse de 68 yards (17-17). Finalement, c'est la défense des Eagles qui a donné la victoire aux siens, grâce à l'incontournable Fletcher Cox, qui a recouvert un fumble de Daniel Jones sur la ligne des 3 yards adverse. De là, Philadelphie s'est envolé et New York n'a pu revenir dans la partie. Au regard de la saison de Dallas, Jason Garrett devrait être le prochain coach à perdre son poste... Doug Pederson, quant à lui, envoie ses "aigles" en playoffs pour la troisième année consécutive, et ce malgré une pluie de blessures (encore deux hier soir; Miles Sanders et Brandon Brooks).

Le week-end prochain (dimanche, à 22h40), ces Eagles "déplumés" affronteront d'autres volatiles eux aussi bien touchés par les blessures, les Seahawks. Seattle n'est passé qu'à quelques centimètres de la victoire contre les 49ers, mais Hollister a été stoppé juste devant la ligne dans les dernières secondes du match par l'excellente défense de San Francisco. De fait, les californiens terminent en tête de la Conférence Nationale et joueront l'intégralité des playoffs à domicile après un week-end de repos. Si Seattle n'est pas passé loin de la victoire, SF a globalement maitrisé son sujet, notamment grâce à un Jimmy Garoppolo dans le bon tempo; 18/22, 285 yards. C'est donc avec confiance que les hommes de Kyle Shanahan vont aborder les matchs couperets. Beaucoup moins de certitudes du côté des Seahawks; pour son retour, Marshawn Lynch s'est offert un touchdown mais n'a gagné "que" 34 yards (en 12 portées), et comme si cela ne suffisait pas, Mychal Kendricks s'est blessé et sera absent au moins pour les Wild Cards.

Derrière les 49ers, les Saints et les Packers se livraient un duel à distance pour obtenir la 2ème place de la conférence. New Orleans a très facilement dominé Carolina, 42-10, alors que dans le même temps, Green Bay souffrait pour venir à bout des Lions. Mais un coup de pied de Mason Crosby à la dernière seconde est venu donner la victoire aux siens (23-20). Les Packers disposeront donc d'une semaine de repos (et ils en auront besoin car ils sont loin d'être convaincants sur cette fin de saison) pendant que les Saints accueilleront les Vikings dans un remake du Divisional Round d'il y a deux ans, qui avait vu les Vikings s'imposer sur un miracle catch à la dernière seconde.

Divisional Round - Saints at Vikins, miracle catch

Je ne me suis pas attardé sur les Panthers vu qu'ils ont terminé la saison complètement en roue libre, mais il faut quand même souligner la superbe saison de Christian McCaffrey, qui termine avec un "double 1.000"; plus de 1.000 yards à la course (1.387) et plus de 1.000 à la réception (1.005), et un total de 19 TDs. Un homme autour duquel reconstruire, plus sûrement en tout cas que les deux quaterbacks censés prendre la succession de Cam Newton. Will Grier est sorti hier sur blessure alors qu'il affichait un horrible 1/8 et 1 Interception. Pas beaucoup mieux pour Kyle Allen avec un 25/41, 295 yards, 1 Interception. Le nouveau head coach va avoir du travail.

Je termine cette review avec l'incroyable Jameis Winston. Hier au soir, le quaterback des Buccaneers est rentré dans le cercle très fermé des quaterbacks ayant réussi une saison à plus de 5.000 yards (5.109). Il est aussi devenu le seul joueur à réussir 30 TDs et 30 Interceptions dans la même saison ! Pour l'anecdote, on a pensé son compteur d'interceptions bloqué à 29, mais le match est allé en prolongation et sur la première mise en jeu de l'overtime, Winston a envoyé le ballon... dans les mains d'un défenseur adverse qui l'a retourné pour le touchdown de la gagne. Un pick-6 pour clôturer cette saison "exceptionnelle", cela ne pouvait que se terminer comme ça pour Jameis. A noter que même Bruce Arians semble avoir perdu patience. Le coach de Tampa Bay a déclaré en conférence de presse; "Si on gagne avec celui là, on peut gagner avec un autre quaterback !". Tout est dit !

Le programme complet du Wild Card Round le week-end prochain:

Samedi (22h40): Buffalo Bills (5) at Houston Texans (4)
Nuit de samedi à dimanche (2h15): Tennessee Titans (6) at New England Patriots (3)

Dimanche (19h05): Minnesota Vikings (6) at New Orleans Saints (3)
Dimanche (22h40): Seattle Seahawks (5) at Philadelphia Eagles (4)

De très bonne fêtes de fin d'année à tous.
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Le Wild Card round côté AFC vient de rendre son verdict. Les matchs ne furent pas toujours très beaux, mais le suspens et l'intensité, eux, furent au rendez-vous. Retour sur cette première nuit de playoffs !

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ! En annonçant le retour de J.J Watt pour la post-season et alors qu'il souffre d'une déchirure du pectoral que l'on pensait rédhibitoire, les Texans espéraient que l'apport psychologique de leur leader défensif les aiderait à passer ce premier tour. Il n'en fut rien... pendant trois quart-temps ! Portés par un excellent playcalling de Sean McDermott et par une domination dans les tranchées, tant en attaque qu'en défense (aucun sack concédé, quatre ou cinq infligés sur cette période), les Bills sont dans la place; un premier touchdown sur un trick play qui voit John Brown se transformer en passeur pour son propre quaterback, deux coups de pied victorieux de Stephen Hauschka, et Buffalo, à la recherche de sa première victoire en playoff depuis 25 ans, mène à la pause 13-0. En face, les locaux ne montrent rien; Deshaun Watson garde trop le ballon et subit la pression adverse, Deandre Hopkins ne capte aucun ballon (0 en première mi-temps) et fumble sa première réception (au début de la deuxième mi-temps) et J.J Watt est parfaitement contenu par les OLs adverses. Jusqu'à un peu moins de 7 minutes de la fin du troisième acte; pour la première fois, J.J passe son vis-à-vis et sack Josh Allen rageusement. Les Bills, qui étaient toujours dans le bon tempo jusque là, doivent se contenter d'un nouveau field goal; 16-0 !

Cette action de classe change complètement le momentum; à partir de là, les Texans se réveillent et jouent juste. Deshaun Watson trouve enfin ses cibles, Deandre Hopkins, ses mains, et c'est Watson lui-même qui sonne la révolte avec un touchdown au sol... converti à 2 points (16-8). Whitney Mercilus arrache le cuir des mains de Josh Allen enfin sous pression, et c'est un field goal de plus pour Houston (16-11). Et puis, Carlos Hyde sur une petite réception courte inscrit le TD qui pour la première fois de la soirée donne l'avantage à son équipe (16-19). La fin de match vire au grand n'importe quoi ! Josh Allen (24/46, 264 yards et 9 courses pour 92 yards) perd la tête et fait n'importe quoi à l'image de cette action où il tente de garder le ballon en vie en "jetant" littéralement le cuir en arrière à un coéquipier qui ne s'y attendait pas (et qui sauve le fumble perdu in extremis en balançant la balle en touche), puis en prenant consécutivement deux sacks qui sortent son équipe de la distance de coup de pied. Houston ne fait pas mieux et rend le cuir... les "zèbres" sont complètement à la rue; à 21 secondes de la fin alors que Cole Beasley paraissait trop court pour un first down, ils annoncent une 4ème tentative, puis un reviewing qui les convainc de maintenir leur appel... et les Bills passent en 1st ! Totalement absurde ! L'équipe arbitrale a été à la ramasse toute la soirée (à voir l'affaire du fumble recouvert pour TD sur le kick off de la deuxième mi-temps ! Hallucinant !). Bref, dans le chaos le plus total, Hauschka, en métronome, passe un ultime field goal de 47 yards qui envoie les deux équipes en prolongation !

En overtime, après un échange de punt, ce sont finalement les Texans qui trouvent le big play; Deshaun Watson (20/25, 247 yards, 1 TD et 55 yards, 1 TD à la course) échappe on ne sait trop comment à un sack tout fait et trouve Taiwan Jones pour un gain de 34 yards qui met son kicker en bonne position. Ka'imi Fairbairn scelle le score; victoire de Houston (22-19). Juste pour le plaisir des yeux, l'action miraculeuse de Watson...

Deshaun Watson, passe de 34 yards après avoir échappé au sack

Pour l'anecdote, Bill O'Brien n'avait jamais gagné un match après avoir été mené de 16 points en 22 précédents. Buffalo était encore un peu "jeune"; on a vu Josh Allen perdre complètement son sang froid dans le money time. La défense des Bills a aussi fini par lever le pied, probablement sous l'effet de la fatigue. A noter enfin le très bon match du rookie Devin Singletary qui aura tout fait pour essayer de faire gagner son équipe; 13 courses, 58 yards et 6 réceptions, 76 yards.

Au prochain tour, les Texans iront défier les... Chiefs car plus tard dans la nuit, les Titans ont créé la (mini) surprise en sortant le champion en titre à Foxborough. Résumé à venir !
My top
No board game found
bobbylafraise
bobbylafraise
rohh le teasing ! 
My top
No board game found
Uphir
Uphir
On savait que les Patriots étaient moins bien cette saison. On pensait que Tennessee pouvait le faire. Mais de là à voir les Titans s'imposer à Foxborough lors de ces Wild Card, il restait un énorme pas que beaucoup, moi le premier, n'osait franchir. Oui mais voilà, après avoir perdu dans leur antre face aux Dolphins en semaine 17 et s'être "infligés" ce premier tour (dont ils étaient dispensés jusqu'à cette défaite), les champions en titre ont une nouvelle fois perdu "at home" et quittent prématurément la post-season. La fin de l'ère Tom Brady à New England ? "Tout est possible !" a indiqué le "G.O.A.T" en conférence de presse. Si cela devait s'avérer son dernier match, l'histoire retiendra que l'homme aux six bagues termine sur un pick-6 qui a "tué" son équipe après avoir eu une balle de match; un game winning drive parfaitement géré par la défense de Tennessee, excellente hier soir !

Ancien disciple de Bill Belichick, Mike Vrabel avait parfaitement préparé son coup. Face à la meilleure défense contre la passe de la saison régulière, le head coach a très peu employé son quaterback (qui a pourtant terminé avec la meilleure évaluation de la saison); Ryan Tannehill (8/15, 72 yards, 1 TD, 1 Interception). Il s'en est remis à un solide jeu de course (Derrick Henry, encore exceptionnel hier soir; 34 courses, 182 yards, 1 TD et 1 réception pour 22 yards), une grosse défense, et un punter qui a été parfait. Big run, big D, et bonne équipe spéciale... une recette qui fonctionne en général pour aller loin en playoffs !

Les Patriots commencent avec le ballon; Tom Brady (20/37, 209 yards, 1 Interception) trouve son rythme et amène son équipe à portée de field goal. New England mène 3-0. Dès leur première possession, les Titans annoncent la couleur; balle à Henry (8 yards), balle à Henry (4 yards), balle à Henry (10 yards), balle à Henry (9 yards)... le tout agrémenté de quelques passes courtes vers les extérieurs. Un schéma de jeu qui n'est pas sans rappeler celui des Patriots la saison passée; Vrabel a bien appris ! Au bout de ce drive où le running back a déjà marqué psychologiquement la défense des Pats, Ryan Tannehill trouve Anthony Firkser pour le premier TD de la partie, et les visiteurs passent devant (7-3). New England répond présent et sur le drive suivant, c'est Edelman sur une "motion", qui conclue à la course sans opposition; 7-10.

Trois possessions qui ont "bouffé" déjà un quart temps; les deux équipes s'attachent à jouer "propre" (ne pas perdre le ballon, ne pas faire de faute) et à contrôler l'horloge. Le premier stop défensif est à mettre au crédit de la défense des Patriots, mais leurs homologues font de même... et après un nouvel échange de punts, les locaux reprennent leur marche en avant et viennent frapper à la porte de l'end-zone. A ce moment du match, on se dit que les champions sont sur la bonne voie; c'est sans compter sur la défense de Tennessee qui stoppe trois tentatives sur la goal line. Les Patriots doivent se contenter d'un nouveau coup de pied; 7-13. Les hommes de Vrabel réagissent grâce à... Henry ! Sur le drive suivant, le RB enchaine trois bonnes courses (29, 11, et 9 yards), une réception (22 yards), et fini par scorer à bout portant: les visiteurs sont devant à la mi-temps 14-13, alors que la hail mary de Brady à la dernière seconde ne trouve pas preneur.

Le troisième quart temps est étouffant. Les deux défenses se rendent coup pour coup: d'un côté, celle de Tennessee couvre parfaitement les cibles de Tom Brady malgré la faible pression de la ligne défensive, et de l'autre, à coup de huit ou neuf joueurs dans "la boite", celle des Patriots commence à dompter "la bête" Henry. Résultat, ces 15 minutes n'amènent aucun point et les punters tentent de gagner la bataille de la position... sans y parvenir réellement.

Au tout début du quatrième quart temps, Ryan Tannehill, sur une play action, est intercepté par Duron Harmon; ce sera la seule tentative de big play aérien par Mike Vrabel, le coach s'en remettant par la suite à son jeu au sol, même quand Stephon Gilmore (qui a parfaitement couvert A.J Brown -1 seule réception, 4 yards- tout le match) sort sur blessure (protocole commotion). Un turnover sans conséquence puisque l'attaque de New England est toujours impuissante et rend le ballon. Tennessee continue de grignoter l'horloge... Vrabel fait même preuve de vice sur un punt en encaissant volontairement deux pénalités qui continuent de faire tourner le temps; les Titans "croquent" ainsi 1:49 pour la plus grand rage de Belichick. Pourtant, avec encore 4:41 au compteur et le ballon à Tom Brady, on se dit que les champions vont s'en sortir. Non ! Toujours pas ! Edelman "trahit" les siens en commettant un drop rarissime sur une tentative importante. Le cuir est de nouveau Titans... qui le gardent jusqu'à 15 secondes de la fin. Brett Kern réalise le punt parfait et envoie le ballon sur les 1 yard de New England; la première tentative de TB12 est intercepté par Logan Ryan qui remonte le cuir dans l'end-zone. Un pick-6 qui tue le match (20-13) !

Logan Ryan - pick-6

Logan Ryan, joueur formé aux... Patriots ! Confirmant la statistique que seul un Pats peut battre un Pats; sur les huit dernières défaites de Bill Belichick, quatre sont le fait d'anciens pensionnaires de New England !

Le kick off ne change rien, le cuir étant finalement perdu par les champions en titre sans avoir réussi à progresser sur le terrain... Brady n'aura même pas de dernière cartouche.

Si il fut moins rocambolesque que le premier match de la soirée, en terme de tension et d'intensité, cette victoire des Titans à Foxborough fut haletante avec deux équipes très disciplinées et appliquées. Malheureusement pour New England, l'attaque avait trop de manques pour espérer mieux; Tom Brady apparait plus que jamais faire son âge, mais à sa décharge, il manquait aussi d'armes. Avec une ligne offensive qui a connu de nombreux blessés, un Edelman pas à 100%, un Sony Mitchell incapable de reproduire sa bonne saison de l'année dernière, et une escouade de receveurs loin d'être exceptionnelle, le "G.O.A.T" ne pouvait pas faire grand chose. Qu'on le veuille ou non, la fin du règne est proche et après une incroyable dynastie, il va falloir, pour New England, reconstruire; on ne pensait pas écrire cela un jour !
My top
No board game found
Uphir
Uphir
bobbylafraise dit :rohh le teasing ! 

yes
Voilà en tout cas, c'est en ligne. Je ne regrette mes heures de sommeil perdues.

My top
No board game found
bobbylafraise
bobbylafraise
Merci pour le résumé, ça fait baver mais annonce aussi des affiches "nouvelles" pour cette année et peut-être un champion surprise.

Bobby en regardant le handball.
My top
No board game found
Default
Uphir
Uphir
Or donc, hier, c'était au tour de la NFC de disputer ses Wild Cards. Petit retour rapide sur les victoires de Minnesota et de Seattle.

Un peu à l'image de Tom Brady samedi soir, c'est un autre quaterback vétéran qui prend la porte précocement dans ces playoffs; Drew Brees et "ses" Saints se sont inclinés à domicile face aux Vikings, qui décidément sont bien la bête noire de New Orleans en post-season (je ne reviens pas sur le "miracle de Minneapolis" dont j'ai déjà parlé ci-dessus). Tout avait pourtant bien commencé pour les locaux avec un fumble de Thielen recouvert par la défense et permettant à NOLA de marquer les trois premiers points de la partie (0-3). Si les Vikings égalisent rapidement (3-3), ce sont bien les défenses qui prennent le pas sur les attaques dans une première mi-temps très verrouillée. Il faut attendre un big play de Taysom Hill en fin de deuxième quart-temps pour débloquer la situation; le joueur à tout faire des Saints, excellent hier soir (50 yards à la passe, 50 yards à la course, 25 yards à la réception, 1 TD... et un bloc monstrueux sur le touchdown de Kamara), trouve Deonte Harris pour un gain de 50 yards qui met son équipe quasiment sur la ligne... une ligne que franchit Alvin Kamara quelques snaps plus tard (3-10). Les Vikings réussissent à se mettre en position pour un autre coup de pied (6-10), mais la défense de New Orleans réalise un nouveau stop et le momentum, plutôt favorable à Drew Brees et à ses coéquipiers, laisse à penser qu'ils vont aggraver la marque avant la pause; malheureusement pour eux, une longue passe de Brees est interceptée par Anthony Harris et redonne une possession aux visiteurs. Deux belles réceptions d'Adam Thielen (qui se rattrape de son fumble initial et s'avèrera la cible sûre de Cousins tout au long de la soirée; 7 réceptions pour 129 yards) et une course victorieuses de Dalvin Cook (94 yards au sol, 36 yards à la réception, 2 TDs) mettent les visiteurs devant (13-10). Dans les derniers instants de ce premier acte, Will Lutz manque l'égalisation en envoyant le ballon à côté des perches.

La deuxième période commence comme s'est terminée la première; l'attaque des Saints n'y arrive pas et celle de Minnesota, malgré une bonne défense adverse, fait une meilleure impression. Kirk Cousins, souvent critiqué pour son manque d'impact lors des gros matchs, fait taire les critiques en livrant une belle prestation: 19/31, 242 yards, 1 TD. Les Vikings se retrouvent à nouveau en bonne position et Cook inscrit son deuxième touchdown de la soirée (20-10). Il faut attendre le dernier quart pour voir New Orleans enfin réagir; à l'orgueil, la tête de série numéro 3 de la NFC va revenir dans le match, d'abord grâce à un touchdown de... Taysom Hill à la réception dans l'end-zone (20-17), puis grâce à un coup de pied cette fois-ci victorieux de Lutz (20-20) dans les dernières secondes. Le match file en prolongation !

Une prolongation qui sera de courte durée ! Les Vikings gagnent le toss et sortent un big play lorsque Kirk Cousins trouve Adam Thielen pour un gain de 43 yards qui amène son équipe en red zone. Puis, dans la continuité, Cousins trouve Kyle Rudolph dans le coin de la peinture; 26-20 et game over pour les Saints ! Cousins a été très impressionnant sur cette fin de match et devra confirmer la semaine prochaine à San Francisco pour définitivement faire taire ses détracteurs. Avec seulement 8 pertes de balle sur toute la saison (record NFL), les Saints avaient montré qu'ils prenaient soin du ballon. Mais hier, deux pertes de balles (une interception et un fumble de Brees) leur ont été fatales. Après trois échecs de suite en playoffs alors qu'on les voyait potentiellement aller au bout, et à 41 ans, on peut se demander si l'on reverra un jour Drew Brees au Super Bowl. La fenêtre se réduit de saison en saison...

Le dernier match du week-end fut une sacrée purge (il en fallait bien une !)...

Dans le duel des oiseaux "déplumés" de la NFC, les Seahawks ont fait le minimum syndical pour venir à bout des Eagles sur le score de 17 à 9. Un match d'une incroyable pauvreté, mais avec leur pléthore de blessés, les deux équipes pouvaient-elles réellement faire mieux ? Maudit jusqu'au bout, Carson Wentz, absent des deux précédentes campagnes de playoffs pour cause de blessure, est sorti dès le premier quart-temps suite à un geste douteux de Jadeveon Clowney (un casque contre casque dont on peut douter du caractère accidentel); si l'on excepte ce mauvais geste, Clowney, de retour de blessure, a été très bon au sein de la défense de Seattle (5 plaquages dont 2 pour perte, 1 sack)... une défense qui n'a pas eu beaucoup à s'employer pour stopper un Josh McCown (18/24, 174 yards) courageux mais trop limité, à l'image de toute son équipe. En effet, on ne peut reprocher à Philly d'avoir du coeur... ils auront essayé jusqu'au bout !

De l'autre côté du terrain, l'attaque de Seattle s'est longtemps heurtée à la défense des locaux (Fletcher Cox a notamment fait passer une très mauvaise période à Hunt, jusqu'à ce que la ligne offensive des Seahawks décide de mettre deux bloqueurs sur lui). Le rookie, D.K Metcalf, s'est montré très précieux (7 réceptions, 160 yards, 1 TD), en réceptionnant notamment le seul big play de la partie (une passe de 53 yards qu'il réceptionne en plongeant, avant de se relever et de finir en force dans l'end-zone); il établit un nouveau record de yards à la réception pour un rookie dans un match de playoffs. Son entente avec Russell Wilson (18/30, 325 yards, 1 TD) est prometteuse pour l'avenir.

Je vous fais grâce d'un résumé plus complet; si vous voulez vous endormir, je vous invite à regarder le replay !

yes
Dernière petite chose avant de se retrouver le week-end prochain; c'était pressenti mais c'est maintenant officiel, Jason Garrett a été limogé par le Cowboys. Pour le remplacer, le staff de Dallas penserait à Marvis Lewis (l'ancien entraineur des Bengals qui les emmena cinq saisons de suite en playoffs... sans réussir à passer un tour !), lequel souhaiterait inclure dans son coaching staff Hue Jackson (et son bilan de 3 victoires pour 36 défaites alors qu'il était à la tête des Browns). Tout du ticket gagnant en somme !

Pour rappel, le programme du Divisional Round:

AFC:
Tennessee Titans (6) at Baltimore Ravens (1).
Houston Texans (4) at Kansas City Chiefs (2).

NFC:
Minnesota Vikings (6) at San Francisco 49ers (1).
Seattle Seahawks (5) at Green Bay Packers (2).
My top
No board game found
ElGrillo
ElGrillo
A la reflexion je vois bien Minnesota en équipe poil à gratter, pourquoi pas en SB, ils sont très complets finalement

Pour coacher à Dallas, il faut être le gentil toutou de Jerry Jones. Le package Lewis-Jackson correspond au profil recherché.

Déçu pour les Bills, je suis assez triste que ça se fasse sur une décision d'arbitrage. Sans ce blind side block imaginaire, ils passent un tour de plus. Je crois pas du tout aux Texans pour le coup. 
Uphir
Uphir
ElGrillo dit :
Déçu pour les Bills, je suis assez triste que ça se fasse sur une décision d'arbitrage. Sans ce blind side block imaginaire, ils passent un tour de plus. Je crois pas du tout aux Texans pour le coup. 

Ouaip, pareil. J'aurai préféré les Bills franchement. Sean McDermott, c'est quand même au-dessus de BO'B côté coaching.

My top
No board game found
boby0ne
boby0ne
Quel crève-cœur d’être fan des Saints ces dernières années. Pour la 3e année consécutive on a une équipe qui a le potentiel de gagner le superbowl et pour la 3e année de suite on sort alors qu’on devait passer. Cette année ce n’est pas la faute de l’arbitre ou d’un défenseur qui se troue. On a juste mal joué de bout en bout. Plein de petites erreurs inhabituelles. Face à une équipe comme celle-là ça devait passer facilement. La preuve c’est qu’en étant en dessous de tous nos standards on a quand même eu la chance d’aller en over time.

Malheureusement D. Brees n’a pas été bon hier, le sauveur c’était Taysom Hill qui est énorme ! Un mec qui aime le jeu. Je me demande s’il serait au niveau pour un poste de starter. En tout cas il faut le conserver dans l’équipe même si Drew rempile.

Il va bien me falloir la semaine pour m’en remettre. Je n’ai pas vraiment de préférence dans les équipes restantes. Je vois bien les favoris passer sans problème : Ravens, KC et SF. Le match le plus indécis devrait être celui des Seahawks.
 
ElGrillo
ElGrillo
Uphir dit :
ElGrillo dit :
Déçu pour les Bills, je suis assez triste que ça se fasse sur une décision d'arbitrage. Sans ce blind side block imaginaire, ils passent un tour de plus. Je crois pas du tout aux Texans pour le coup. 

Ouaip, pareil. J'aurai préféré les Bills franchement. Sean McDermott, c'est quand même au-dessus de BO'B côté coaching.

C'est sûr. Ceci dit sur ce match je comprends pas le coaching de Mcdermott en overtime. Que des passes, aucune course, alors que tu joues pas le chrono, que ton QB fait son premier match de PO, faut lui épargner de la responsabilité, et que Singletary fonctionnait bien. Comprends pas...

Uphir
Uphir
Oui boby0ne, je voyais vraiment les Saints aller au bout cette année... comme les deux années précédentes ! Mais ce qui est "triste" cette année, c'est que NO est vraiment passé à côté. Il y a deux ans, ça se joue à une action ratée. L'année dernière, à une décision d'arbitrage. Mais ce dimanche, ils ont juste été... mauvais ! Certes, les Vikings ne sont pas à prendre à la légère; cela reste une bonne équipe, avec des joueurs solides, une bonne défense, et des bons playmakers. Mais c'était à la portée des Saints ! Et tic tac... le chrono tourne pour Brees dont on se demande si il emportera une deuxième bague avant la retraite !

Par ailleurs, un petit point sur les bancs de touche puisque les choses se sont accélérées ces dernières 24 heures. Ron Rivera, viré par les Panthers en cours de saison, prend donc la direction des Redskins. Pour remplacer le coach qui les a emmené au Super Bowl, Carolina a misé sur Matt Rhules (pour 7 ans et 60M de $); Matt Rhules évoluait en NCAA, à Baylor, et faisait parti des coachs universitaires convoités. Son style s'appuie sur le jeu au sol et il aime faire courir son quaterback; McCaffrey et Newton devraient apprécier... si le physique de ce dernier lui permet encore ce genre de folies.

Les Giants avaient également des vues sur Matt Rhules mais se l'étant fait chiper par Carolina, ils optent finalement pour Joe Judge. Ce dernier était aux Patriots depuis 2012, entraineur des receveurs et des équipes spéciales. L'avenir nous dira si il perpétue la tradition des anciens de New England qui ont fait chuter Belichick. Agé de seulement 38 ans, Judge fera partie des jeunes coachs en NFL; il a néanmoins pour lui l'expérience de trois titres en NFL avec New England... et deux titres universitaires lorsqu'il était assistant à Alabama.

Enfin, les Cowboys ont été raisonnables et on finalement opté pour Mike MacCarthy. Même si son aventure s'était mal terminée à Green Bay, McMacarthy garde un bon bilan de ses années chez les Packers (125-77-2) et surtout un titre remporté.
My top
No board game found
boby0ne
boby0ne
Oui cette année on n’a pas d’excuse. Trop d’erreurs à tous les niveaux. Je n’en reviens toujours pas. Maintenant pour Brees, on a vu qu’il existe une option qui est celle de faire tourner les QBs. Ça peut être la solution pour l’an prochain. Un mélange de Drew et Taysom et pourquoi pas même Teddy B. Histoire de conserver la fraicheur de Brees en playoffs et de perturber les adversaires en lancer des plays avec Hill. Bref, tout n’est pas fini.
L’année dernière, au-delà de l’erreur d’arbitrage je trouvais que Sean Payton était aussi coupable. C’était son rôle de lancer un play qui nous exposait le moins possible à une erreur. Clairement le run me semblait bien plus malin. Cette année, j’ai trouvé son coaching perfectible, avec les erreurs dans la gestion du chrono en fin de 1ere et 2e mi-temps. Il a clairement du génie mais je me demande s’il ne lui manque pas la froideur d’un Belichick pour prendre des choix juste simples et efficaces lorsqu’il dirige l’équipe la plus forte.
Je serai pour les 49ers samedi, après ca je reste encore indécis.
 
ElGrillo
ElGrillo
Allez un petit mot en passant pour dire que j’aimerai beaucoup une finale AFC Ravens-Chiefs, pour voir deux superbes attaques s’affronter. Mais comme c’est la nfl, et qu’on l’aime tant pour ça, on peut très bien se retrouver avec un texans-titans, que ça m’étonnerait pasplus que ça (mais un peu quand même) 
Et que je vois le vainqueur de 49ers-Vikings aller au SB
Bons matchs !
ElGrillo
ElGrillo
Allez un petit mot en passant pour dire que j’aimerai beaucoup une finale AFC Ravens-Chiefs, pour voir deux superbes attaques s’affronter. Mais comme c’est la nfl, et qu’on l’aime tant pour ça, on peut très bien se retrouver avec un texans-titans, que ça m’étonnerait pasplus que ça (mais un peu quand même) 
Et que je vois le vainqueur de 49ers-Vikings aller au SB
Bons matchs !
bobbylafraise
bobbylafraise
Clair le 49ers - Vikings vend du rêve ! 

Bobby devant la finale du TQO de Volley où les bleus mènent 1-0
My top
No board game found
Default
Uphir
Uphir
Honnêtement, je trouve la NFC très ouverte; les 49ers ont une grosse défense mais l'attaque manque de "mordant" et on ne sait pas comment Garoppolo va se comporter à ce niveau de la compétition. Minnesota a donc ses chances. Dans leur l'autre Divisional, sur un match, les Seahawks peuvent taper les Packers; malgré son classement, Green Bay n'a pas dégagé une impression de solidité sur la saison et est même passé parfois au travers. Rodgers a même livré sa plus faible évaluation en saison régulière depuis trois ans ! Mais attention, Green Bay a une très grosse défense, notamment sur le pass rush, avec Preston Smith et Za'Darius Smith, et on sait que la ligne offensive de Seattle, c'est pas le top (surtout qu'elle a de nombreux blessés).

Et je suis assez d'accord; pour moi, le vainqueur de Niners-Vikings ira au SB (quoique si on a un Packers-Vikings en finale de Conférence, GB a battu deux fois Minnesota en saison régulière).

Côté AFC, je pense que la hiérarchie sera respectée et qu'on aura bien un Chiefs at Ravens en finale de Conférence.

Pour ceux qui veulent voir les matchs ce week-end (je ne suis pas certain de tout regarder, je paye encore la fatigue du week-end dernier), les horaires:

Vikings at 49ers : ce soir, à 22h30.
Titans at Ravens : cette nuit, à 02h15.
Texans at Chiefs : demain soir, à 21h00.
Seahawks at Packers : nuit de dimanche à lundi, à 00h40.
My top
No board game found
Uphir
Uphir
Bon, j'avais prédit une NFC "ouverte" et une AFC où "les favoris dev(r)aient s'imposer"; cette première journée de Divisional m'a donné complètement tord ! J'espère que vous n'aviez pas misé sur mes conseils pour parier...

yes
A domicile, les 49ers n'ont fait qu'une bouchée de Vikings complètement dominés dans les tranchées. L'excellent front seven des Niners, Nick Bosa en tête (6 plaquages, 2 sacks), a mis sous pression constante Kirk Cousin (6 sacks) et a annihilé le jeu de course si important de Minnesota (Dalvin Cook limité à 18 petits yards en 9 portées). Les outsiders n'auront existé que sur deux drives; un dans le premier quart-temps conclue par un touchdown de Stefon Diggs, bien aidé par une grossière erreur de Witherspoon (7-7), et une interception sur Jimmy Garoppolo (11/19, 131 yards, 1 TD, 1 interception) qui permettra à l'attaque de marquer un field goal juste avant la mi-temps pour limiter la casse (14-10 pour SF à la pause). Le reste ? Des "three-and-out" en veux tu en voilà et des ballons perdus... en deuxième mi-temps, Minnesota n'inscrit même aucun point ! Dans ces conditions, l'attaque de San Francisco n'a pas eu à trop s'employer; pas mal de jeux de course (186 yards gagnés au sol), une grosse possession de balle (38:27) et une victoire sans trembler 27-10. San Francisco attend désormais de connaitre son adversaire qu'il affrontera dans son antre du Levis Stadium.

L'énorme surprise est venue du deuxième match de la soirée, avec les Titans qui après avoir sorti les Patriots se sont offerts le scalp des numéros 1 de la saison régulière, les Baltimore Ravens (28-12). Mieux (ou pire pour les supporters des Ravens), Tennessee a mené la partie de bout en bout. Ils ont pu s'appuyer sur un Derrick Henry plus fort que jamais (30 courses, 195 yards) et un Ryan Tannehill "propre" (7/14, 88 yards, 2 TDs). La recette peut paraître simpliste, mais elle fonctionne ! L'attaque de feu de Baltimore n'a été que l'ombre d'elle-même hier au soir; il faut dire que privé d'un Mark Ingram à 100% (6 portées, 22 yards), Lamar Jackson s'est retrouvé bien seul. Si le jeune quaterback a donné tout ce qu'il avait (143 yards au sol quand même !), il a aussi perdu trois ballons (2 interceptions, 1 fumble), rappelant les mauvais souvenirs de son match de playoffs de la saison passée. Jackson est apparu nerveux... un défaut qu'il va devoir apprendre à maitriser si il veut un jour obtenir une bague.

La suite, ce soir...
My top
No board game found