3870
réponses
81
followers
By : Budnic | Thursday, May 5, 2005 at 11:36 PM
Default
loïc
loïc
stueur dit :2ème tome de La Passe-miroir : Les disparus du Clairdelune, de Christelle Dabos.

Il s'agit de la suite directe du premier tome qui se finissait de façon très abrupte. Et autant le livre précédent se focalisait sur la rencontre entre Ophélie et le monde de Thorn, autant là, la méta-histoire commence à pointer le bout de son nez via une enquête sur l'arche de Thorn.

J'avais trouvé le premier livre assez anxiogène avec toutes ces illusions, on ne savait pas sur quoi on pouvait se reposer/se dire que c'était vrai. Tout pouvait être remis en question en quelques pages. On retrouve toujours ce côté, mais énormément amoindris, et je préfère comme ça.
L'enquête donne un rythme et un but qui rendent le livre beaucoup plus digeste que le précédent. De même, cela permet de faire avancer la trame de l'histoire. Le fait qu'il y a ait plusieurs histoires enchevêtrées (l'histoire entre Ophélie et Thorn, l'enquête, la méta-histoire) sans que cela ne soit découpées par chapitre est vraiment bien amené.

Bref, autant le premier tome était sympa mais bon, en dehors de l'univers exceptionnellement riche je n'avais pas été emballé plus que ça, autant là, j'ai hâte de lire la suite.

 

Ma femme et ma fille en ont pensé la même chose. En tout cas, elles ont beaucoup aimé. Faudrait peut-être que je me penche dessus.

My top
No board game found
loïc
loïc
bachibouzouk dit :Après avoir été chassés de Djerba et de Rhodes, les chevaliers de Saint Jean trouvent refuge à Malte où ils s’apprêtent à recevoir les assauts des troupes Ottomanes conduites pas Moustapha grand général de Soliman. Sous la conduite du terrible La Valette, les assiégés vont devoir résister (et ça va chier, j’vous raconte pas...bon, en fait un peu).
Mattias Tannhauser, ancien janissaire, commerçant et aventurier, ne veut pas participer à cette folie, mais des intérêts croisés l’amèneront à Malte.
Si on rajoute l’inquisition romaine qui doit lutter contre les hérétiques Luthériens et qui a ses raisons pour souhaiter la chute de l’Ordre des chevaliers, une comtesse en recherche de rédemption au cœur de tout ce drame, La religion de Tim Willocks est un roman passionnant, sauvage, aux rebondissements incessants, aux intrigues multiples. C’est du Dumas survitaminé, du Eco sans ésotérisme, brio et horreurs, une claque.
edit: il y a de quoi faire un bon film ou pourquoi pas une série (c’est plus à la mode), étonnant que cela n’existe pas déjà.

J'ai Bad city blues dans ma LAL. J'avais préféré commencé plus léger avant d'attaquer ce morceau. Je le note, ce sera sûrement à lire un jour

My top
No board game found
loïc
loïc
J'avais oublié ce topic.
Récemment, j'ai fini Ulysse de Joyce. Ca m'a pris plus d'un an. Et je ne saurai à peine dire ce que j'en pense. Mais je suis quand même allé au bout (malgré son putain de dernier chapitre de 100 pages sans le moindre signe de ponctuation).
Le livre est trop pour en parler. C'est un truc qui s'étudie, mais pour ça, il faudrait le relire. Et bon, là, clairement, je ne suis pas prêt d'avoir le courage.

J'ai entrecoupé la lecture de ce monstre des nouvelles de Aucun souvenir assez solide de Damasio. Incroyable comment ce type arrive à rendre cohérent et à nous faire rentrer dans des univers improbables en seulement quelques pages. C'est saisissant. De ce point de vue, je pense que c'est So phare away, qui m'a le plus marqué. Mais globalement, je pense qu'aucune ne m'a vraiment déçu.

Lecture de Deux hommes de bien de Perez Reverte.
L'auteur utilise un parti pris narratif qui est d'expliquer comment on écrit un roman historique. Il fait donc parfois des apartés pour expliquer pourquoi il a fait ce choix (entre réalité et fiction entre autre) ou comment il a obtenu telle ou telle information. C'est intéressant, mais, perso, ça m'a sorti du roman qui lui même est cousu de fil blanc. Reste l'intérêt historique, sympa, mais pas suffisant à mon goût.

On m'a prêté Le successeur de pierre de Jean Michel Truong. L'introduction historique est pleine de promesses. L'isolement de la population dans des appartements-cages pour éviter la propagation d'un virus fait évidemment bien écho avec la situation actuelle. Malheureusement, les promesses du début du livre ne sont pas tenues et peu d'intérêt au global. Dommage, il y avait sûrement de quoi faire un truc énorme.

Et là, je viens d'attaquer Les raisins de la colère de Steinbeck. Le rythme est très lent, mais l'écriture est belle.
My top
No board game found
stueur
stueur
Je viens de terminer Sur la route de Jack Kerouac, publié en 1957.

Le livre de la "beat generation", la génération perdue. La recherche de grands espaces, d'émancipation, de liberté sexuelle et artistique...

On y lit les voyages effectuées en voiture d'un bout à l'autre des USA, et même jusqu'au Mexique par deux copains fauchés et qui font des haltes dans des clubs de jazz et chez des amis.
Certes c'est un peu réducteur, mais une fois terminée, c'est ce qu'il me reste en tête. J'avais idée de lire les aventures de gens parcourant les USA dans des trains à bestiaux et découvrant la vie à travers tout un tas d'expérience, je trouve qu'on en est loin. Ajouter à ça un traitement des femmes peu flatteurs (attention, il faut replacer le livre dans son contexte de la fin de années 1940), et cela m'a semblé peu intéressant.

Je suis content d'avoir lu ce livre pour ma culture personnel et le symbole qu'il représente. Mais justement, je pense qu'il est avant tout un symbole qui avait de la valeur au moment de sa publication, mais que maintenant, littérairement parlant, cela semble limité.
Bref, un peu déçu pour ma part.
My top
No board game found
stueur
stueur
J'ai terminé L'homme qui pleure de rire de Frédéric Beigbeder publié en 2020.

Il s'agit du troisième des tome des "aventures" d'Octave Parangon. Le premier, 99 Francs, critiquait le monde de la pub, le second, Au secours, pardon, la mode, et celui-ci les humoristes des radios.

Ces livres semblent plutôt autobiographiques bien que très certainement pas mal romancés. Celui-ci en particulier narre la nuit qui précède la dernière Chronique d'Octave/Frédéric lors de la matinale de France Publique/France Inter. Sur fond de nuit d'ivresse, il digresse allègrement, et entres autres sur les chroniqueurs radio humoristes.

J'apprécie énormément la verve et la culture de Beigbeder qui a le don d'écrire des phrases très drôles ou décalés. Il a le sens de la formule. Sur le fond, il faut bien avouer qu'il ne se passe pas grand-chose hormis les 10 pages sur les humoristes radio (pages 55 à 65 du livre de poche) qui est très bien amené et documenté.

En résumé, une lecture agréable qui m'a fait découvrir des livres, auteurs, personnages historiques... et qui a 10 pages vraiment très intéressantes sur les humoristes radio. Pour le reste c'était sympa à lire mais sans plus.
My top
No board game found
stueur
stueur
Je viens de conclure la lecture de L'espion qui venait du froid de John Le Carré.

Roman d'espionnage publié en 1963 L'auteur a lui même travaillé pour les services secrets britanniques MI5 et MI6.

Le roman narre l'histoire d'Alec Leamas, qui recrute des espions allemands, à partir du moment où le dernier homme de son réseau est assassiné, et qu'il arrête l'espionnage. Mais est-ce que l'espionnage arrête de s'intéressera aux autres espions lorsqu'ils ont pris leur retraite?

Un roman bien ficelé, pas manichéen (les gentils de l'ouest face aux méchants de l'est), qui semble tout à fait crédible, mais qui ne m'a pas transcendé.
 
My top
No board game found
loïc
loïc
stueur dit :Je viens de conclure la lecture de L'espion qui venait du froid de John Le Carré.

Roman d'espionnage publié en 1963 L'auteur a lui même travaillé pour les services secrets britanniques MI5 et MI6.

Le roman narre l'histoire d'Alec Leamas, qui recrute des espions allemands, à partir du moment où le dernier homme de son réseau est assassiné, et qu'il arrête l'espionnage. Mais est-ce que l'espionnage arrête de s'intéressera aux autres espions lorsqu'ils ont pris leur retraite?

Un roman bien ficelé, pas manichéen (les gentils de l'ouest face aux méchants de l'est), qui semble tout à fait crédible, mais qui ne m'a pas transcendé.
 

De lui, j'avais commencé un Pur espion, je n'étais pas allé au bout...

My top
No board game found
Proute
Proute
J'ai repris et fni la première trilogie des Fils des brumes, de Brandon Sanderson.
J'ai bien aimé, ça se lit tout seul, mais je n'ai pas le même coup de cœur qu'avec les Archives de Roshar dont j'attends chaque fois la suite en trépignant d'impatience.
J'ai quand même pris plaisir à les lire, me suis amusée du côté très "manga" de la mise en œuvre des pouvoirs des personnages, et il faut avouer qu'il soulève le voile sur le pourquoi du comment de pas mal de choses, de façon élégante, et c'est mieux que du TGCM (ta gueule c'est magique), même si magie il y a.



Ensuite, j'ai lu Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H Winters.
C'est étonnant, le style m'a fait penser, à tort ou à raison puisque je l'ai lu il y a plus de vingt ans, à Mon chien Stupide, de John Fante. Le style dépressif d'une fin du monde imminente, bien pénétrant, pour le coup.
Je l'ai donc traversée heureusement rapidement avec ce voile de tristesse collé en filigrane, mais bizarrement, j'ai assez aimé, l'histoire est bien fichue et change des polars plus classiques que je lis habituellement, j'ai donc commandé la suite, puisque suite il y a.


En l'attendant, je reprends ma lecture des Fils des brumes, avec le début de la deuxième trilogie.
My top
Troyes
12 ans et +
9,0
421 avis
Spirit Island
13 ans et +
9,1
62 avis
Horreur à Arkham : Le Jeu de Cartes
14 ans et +
8,8
126 avis
Race for the Galaxy
12 ans et +
8,4
637 avis
Terraforming Mars
12 ans et +
9,0
391 avis
Root
10 ans et +
8,7
113 avis
Dominion
8 ans et +
8,1
660 avis
Bobby
Bobby
La seconde trilogie de fils des brumes est assez différente de la première : l'ambiance, les personnages, le rythme et même le style ont évolués.
J'ai trouvé que ça faisait moins "bateau" que la première trilogie, mais j'ai eu plus de mal à rentrer dans le livre que pour la première trilogie (problème de rythme je pense). Mais au final elle est quand même très intéressante à lire.
My top
Terraforming Mars
12 ans et +
9,0
391 avis
Galaxy Trucker
10 ans et +
8,2
152 avis
Décrocher la Lune
6 ans et +
8,5
32 avis
Captive
12 ans et +
8,9
6 avis
Zombies
10 ans et +
7,1
206 avis
Imperial 2030
12 ans et +
8,8
34 avis
stueur
stueur
Suite aux conseils de Pyjam et DuncanIdaho, je me suis lancé dans la lecture de Les dépossédés d'Ursula K. Le Guin.

Le pitch : on suit l'histoire de Shevek, depuis sa jeunesse jusqu'à son départ d'Anarres, et de son départ d'Anarres jusqu'à la fin de l'histoire, en alternant un chapitre sur deux. Il y a 200 ans, des habitant d'Urras se sont exilés sur Anarres pour vivre à leur façon sur Anarres. Ils vivent de façon plus ou moins anarchiques, en respectant plus ou moins leurs idéaux, mais en étant pauvres. A contrario, les gens sur Urras vivent dans un monde très cadré, mais où même les plus pauvres sont moins pauvres que sur Anarres. Shevek, habitant d'Anarres, en tant que scientifique rejoint Urras pour échanger sur ses recherches. Il va pouvoir comparer les 2 modes de vie.

Je vais le dire d'emblée : je n'ai pas aimé le livre. J'ai trouvé qu'il ne s'y passait pas grand-chose et que le rythme était très lent.
Maintenant, l'idée de départ était alléchante, le côté sociologique aussi. Mais cela m'a semblé trop factice. J''espérais aussi avoir plus de lien avec l'Ansible et ce qu'il pouvait apporter (en bien comme en mal), mais c'est seulement vers la fin qu'il en fait mention.

Donc, j'aurai du mal à le recommander même s'il semble avoir ses afficionados.
My top
No board game found
Default
Pyjam
Pyjam
C’est un livre très respecté, c’est pourquoi je me suis permis d’en parler.
Cela dit, il ne m’a pas plu plus qu’à toi.
Comme tu dis, l’action est inexistante. C’est un texte idéologique et cette idéologie ne me semble pas avoir très bien résisté à l’épreuve du temps… Qu’est-ce que tu en penses ?
Concernant l’ansible, je sais que c’est un élément récurrent dans ses romans, mais j’ignore si c’est plus développé pour autant. D’autres auteurs font aussi référence à l’ansible dans leur œuvre.

 
My top
No board game found
emayotte
emayotte
Et Le Guin a écrit bien d'autres livres excellents !
My top
No board game found
MasterZao
MasterZao
emayotte dit :Et Le Guin a écrit bien d'autres livres excellents !

Je ne connais que "Ceux qui partent d'Omelas", et il m'a fait un peu le même effet que pour mes VDD :
C'est assez mou, mais j'ai bien aimé l'écriture, l'idée et le bout d'univers posé.
Et puis ça reste une petite (par la taille j'entends) nouvelle.

My top
Shabadabada Duo
14 ans et +
MicroMacro Crime City
8 ans et +
8,4
89 avis
It's a Wonderful World
14 to 99 ans
8,4
169 avis
Decrypto
12 ans et +
8,9
114 avis
Res Arcana
10 to 99 ans
9,0
176 avis
The 7th Continent
12 ans et +
9,2
332 avis
7 Wonders Duel
10 to 99 ans
9,1
924 avis
DuncanIdaho
DuncanIdaho
stueur dit :Je vais le dire d'emblée : je n'ai pas aimé le livre. J'ai trouvé qu'il ne s'y passait pas grand-chose et que le rythme était très lent.
Ah, j'avais pourtant prévenu ! laugh

 
DuncanIdaho dit :Attention, c'est un style assez contemplatif. Ne t'attends pas à des pif paf boum à chaque page !
Désolé que ça ne t'ait pas plu. Je pense que Terremer peut avoir plus de chance si tu veux retenter du Le Guin, je crois me rappeler que tu avais bien aimé lire les Harry Potter. Le début du cycle, sans être frénétique, comporte pas mal de scènes d'action (je suis en train de le relire justement). Après, quand on va vers Tehanu et compagnie, on est plus dans l'ambiance. La totalité du cycle a été réédité dans un seul gros volume de poche qui permet de tout avoir à pas cher.
My top
No board game found
Lymon Flowers
Lymon Flowers
Plutôt d'accord avec stueur et pyjam, j'ai été très déçu par les dépossédés.  Je l'avais trouvé ennuyeux et daté et le propos politique dedans pas vraiment révolutionnaire.  Mais je veux bien croire qu'à l'époque de sa sortie ça n'était pas le cas.  Et je comprends aussi qu'il puisse plaire.
My top
Advanced Squad Leader (v2.0)
14 to 99 ans
9,0
24 avis
This War Of Mine : Le Jeu De Plateau
14 ans et +
8,8
88 avis
Taluva
10 ans et +
8,6
397 avis
Takenoko
8 ans et +
8,1
708 avis
Dead of Winter
13 ans et +
8,6
204 avis
T.I.M.E Stories
12 ans et +
7,8
341 avis
Horreur à Arkham : Le Jeu de Cartes
14 ans et +
8,8
126 avis
Neirdax
Neirdax
Je trouve que Les Dépossédés est vraiment à part dans ce cycle de l'Ekumen/Hain/Ligue (je vais uniquement parler des romans, que je connais mieux).
Principalement par le fait qu'il s'agit, si je ne dis pas de bêtise, du premier roman dans l'ordre chronologique des évènements relatés dans les romans du cycle, mais que :

1/ ce n'est, pour autant, pas une histoire sur les origines de ce cycle (qui a déjà une histoire de quelques/plusieurs/centaines de/? milliers d'années lors des évènements de ce "premier" roman) ;

2/ cette histoire a un fonctionnement en vase clos, dans le sens où ce qui s'y passe a une interaction quasi inexistante avec le reste de cet univers (alors que ce n'est pas non plus une origin story), et que ce volume peut se suffire à lui-même (son histoire développée autour de l'opposition entre un monde anarchiste et capitaliste - que je continue de trouver intéressante à lire aujourd'hui même s'il n'y a pas d'action - peut complètement s'extraire du contexte du cycle) ; alors que je trouve au contraire que La Main gauche de la nuit gagne à être lu après les trois premiers romans du cycle (dans l'ordre de parution), qui apportent une toute autre dimension dans l'espace et le temps à cet univers, permettent de donner un contexte d'une envergure bien plus large aux évènements qui s'y déroulent, et perdent moins le lecteur sur les différents concepts spécifiques à cet univers.

En plus, contrairement à ce qui est communément admis, je ne trouve pas ces trois premiers romans sensiblement inférieurs aux suivants.
Le Monde de Rocannon (le premier) est une chouette aventure qui lorgne plus sur la fantasy (et pour le coup il y a de l'action), assez fun à lire, et introduit correctement plusieurs notions caractéristiques du cycle.
Le troisième, La Cité des illusions, est aussi un bon roman d'aventure dont l'intérêt diffère du premier à plusieurs niveaux : sur les thèmes explorés (l'identité, les dilemmes moraux fondés sur le mensonge, l'histoire écrite par les vainqueurs (mais qui sont les vainqueurs ?), etc.) et sur le renversement qu'il propose dans l'ordre établi de cet univers, et qui aura un écho direct dans La Main gauche de la nuit.
Le second (Planète d'exil) m'a moins marqué et j'en ai assez peu de souvenirs, mais il constitue un roman intermédiaire, entre le premier et le troisième, qui me semble important pour en saisir tous les tenants et aboutissants (ces trois premiers romans se suivent directement, même si les évènements sont espacés de centaines ou milliers d'années).

Pour ce qui est de l'ansible, son invention et son utilisation sont rarement mises en avant dans les récits de ce cycle.
Je pense que le roman qui évoque le plus les conséquences de son invention est Le nom du monde est forêt, mais il n'est pas le centre de cette histoire.
Il est peut-être plus central dans certaines nouvelles, mais je ne les ai pas toutes lues.

En tout cas, que ce soit l'Ekumen, Terremer, ou des romans indépendants (L'Oeil du héron, La Vallée de l'éternel retour, L'Autre côté du rêve...), lisez Le Guin ! laugh
My top
Troyes
12 ans et +
9,0
421 avis
Terraforming Mars
12 ans et +
9,0
391 avis
Inis
14 ans et +
8,7
79 avis
Cyclades
10 ans et +
8,6
466 avis
Keyflower
12 ans et +
8,9
159 avis
Conan
14 ans et +
8,2
193 avis
Caylus
12 ans et +
9,1
781 avis
stueur
stueur
Pyjam dit :
Comme tu dis, l’action est inexistante. C’est un texte idéologique et cette idéologie ne me semble pas avoir très bien résisté à l’épreuve du temps… Qu’est-ce que tu en penses ?

En fait, je trouve très compliqué de faire une étude sociologique/politique (et donc de supposer les réactions qu'auraient réellement des gens) sur un une population fictive (un roman). par conséquent, je trouve intéressant de lire des propositions de sociétés/systèmes politiques ou autres, mais l'auteur peut faire dire/faire n'importe quoi à ces personnages, et donc en arriver aux conclusions qu'il souhaite. Donc, pas d'analyse possible de mon point de vue, seulement des propositions à réfléchir.
Et dans ce livre, j'ai eu le sentiment que le personnage principal (Shevek) faisait l'analyse comparative des systèmes politiques des 2 planètes, et pour moi cela est trop factice, je n'y adhère pas.
Pour moi, ça se joue donc à peu de choses le fait d'apprécier ou non ce type de livre qui parle de sociologie/politique. Et en plus, le style d'écriture joue aussi énormément.

My top
No board game found
stueur
stueur
emayotte dit :Et Le Guin a écrit bien d'autres livres excellents !

Je n'en doute pas! Mais pour le coup, pas sûr que j'y revienne de suite. D'autant plus qu'elle semble pas mal portée sur la fantasy (et c'est pas trop ma tasse de thé).

My top
No board game found
stueur
stueur
DuncanIdaho dit :
stueur dit :Je vais le dire d'emblée : je n'ai pas aimé le livre. J'ai trouvé qu'il ne s'y passait pas grand-chose et que le rythme était très lent.
Ah, j'avais pourtant prévenu ! laugh

 
DuncanIdaho dit :Attention, c'est un style assez contemplatif. Ne t'attends pas à des pif paf boum à chaque page !
Désolé que ça ne t'ait pas plu. Je pense que Terremer peut avoir plus de chance si tu veux retenter du Le Guin, je crois me rappeler que tu avais bien aimé lire les Harry Potter. Le début du cycle, sans être frénétique, comporte pas mal de scènes d'action (je suis en train de le relire justement). Après, quand on va vers Tehanu et compagnie, on est plus dans l'ambiance. La totalité du cycle a été réédité dans un seul gros volume de poche qui permet de tout avoir à pas cher.

En effet, j'ai bien aimé Harry Potter ! Mais comme dit juste au-dessus à emayotte, je reviendrai peut-être à la lecture des livres d'Ursula K. Le Guin, mais ça ne sera pas pour tout de suite.

Et ne sois pas désolé que cela ne m'ait pas plu! Si je ne l'avais pas lu, je ne pourrais pas savoir que cela ne me plait pas! Et en plus, il semble y avoir pas mal de monde à l'avoir lu et ça me permet d'échanger, ce qui est top !

My top
No board game found
stueur
stueur
Neirdax dit :
En tout cas, que ce soit l'Ekumen, Terremer, ou des romans indépendants (L'Oeil du héron, La Vallée de l'éternel retour, L'Autre côté du rêve...), lisez Le Guin ! laugh

Je dirai même : lisez ! (et c'est tout, lisez !)

My top
No board game found
Default
emayotte
emayotte
Tu as attaqué par le plus ardu de Le Guin, Le nom du monde est forêt, bien que pas récent et du "même cycle" est beaucoup plus attractif.
 
My top
No board game found
stueur
stueur
emayotte dit :Tu as attaqué par le plus ardu de Le Guin, Le nom du monde est forêt, bien que pas récent et du "même cycle" est beaucoup plus attractif.
 

Merci, je prends note !

My top
No board game found
thyuig
thyuig
stueur dit :Suite aux conseils de Pyjam et DuncanIdaho, je me suis lancé dans la lecture de Les dépossédés d'Ursula K. Le Guin.

Je vais le dire d'emblée : je n'ai pas aimé le livre. J'ai trouvé qu'il ne s'y passait pas grand-chose et que le rythme était très lent.
Maintenant, l'idée de départ était alléchante, le côté sociologique aussi. Mais cela m'a semblé trop factice. J''espérais aussi avoir plus de lien avec l'Ansible et ce qu'il pouvait apporter (en bien comme en mal), mais c'est seulement vers la fin qu'il en fait mention.
 

Quand je lis un roman de Le Guin, j'ai toujours la sensation de voir un film. Pas un film d'action, mais plutôt un film à la Naomi Kawase ou à la Jane Campion. La caméra est posée, et je regarde ce qui se passe.

Pour moi les Dépossédés, c'est exactement ça. Deux planètes, une caméra et un problème politique profond.
 
Le propos politique peut paraitre simpliste, mais selon moi c'est la clarté avec laquelle il est exposé qui le rend pertinent. Parce que les Dépossédés parle avant tout de perception, de l'idée que l'on peut se faire de l'autre dans son altérité et avec tout le champ historique des préjugés. En ce sens le roman n'a absolument pas vieilli et peu importe qu'il soit une sociologie inventée par l'auteur, il est davantage philosophique que sociologique. Il faut voir comment les interactions sociales sont évoquées dans ce roman pour réaliser comment l'auteur réussit adroitement à lier son sujet avec la façon d'agir de ses personnages. Ils sont littéralement happés par le schisme entre Anarres et Urras.

Il faut voir que "l'dée de départ", pour te citer, n'est qu'un prétexte à l'écriture du roman, et qu'elle lui permet d'instiller un climat d'un couleur particulière. Le Guin prend son temps - c'est paradoxal pour un roman aussi court-, mais fait naître de vrais personnages. Shevek, dans mon esprit, tient une place particulière. J'aime la façon dont il doute, dont il entretient l'ambiguité. Il faudrait que je relise le roman pour étayer mon propos mais des personnages comme ça, je n'en ai pas croisé 150. 

Tout ça pour dire que si c'est le rythme qui t'a semblé lent, alors l'auteur n'est sans doute pas pour toi. Les Dépossédés est particulier dans son approche mais une large majorité de l'oeuvre de l'auteure court sur le même rythme. 

My top
Saint Pétersbourg
10 ans et +
8,5
323 avis
Deus
12 ans et +
8,7
276 avis
Settlers - Naissance d'un Empire
10 ans et +
8,2
104 avis
Samuraï
12 ans et +
8,6
191 avis
It's a Wonderful World
14 to 99 ans
8,4
169 avis
Agricola
12 ans et +
9,0
1011 avis
Lettres de Whitechapel
12 ans et +
8,8
89 avis
Pyjam
Pyjam
Beaucoup de commentaires intéressants !
Je ne sais pas si c’est moi qui me fait une idée mais j’ai eu le sentiment que le style est très simple au début du roman quand Shevek ne maitrise pas la langue, et qu’il s’enrichit peu à peu.
Si c’est bien le cas, c’est très fort de la part de Le Guin et du traducteur.
Ou peut-être que je me fais des idées, mais ce serait tout de même cohérent avec le propos du roman.

 
My top
No board game found
adel10
adel10
bon je vient de terminer un livre de Christopher MOORE

auteur de l'agneau (la vie et l'Oeuvre du pote d'enfance de jesus qui raconte  les 30 années de vie du christ non reprise dans la bible, le livre est à hurler de rire et au final très respectueux)

Le dernier en date et donc UN SALE BOULOT , entre Mortimer de Pratchet et Anansazi boy de Neil Gaiman
il faut que je le relise en anglais
My top
No board game found
adel10
adel10
stueur dit :Je viens de terminer Sur la route de Jack Kerouac, publié en 1957.

Le livre de la "beat generation", la génération perdue. La recherche de grands espaces, d'émancipation, de liberté sexuelle et artistique...

On y lit les voyages effectuées en voiture d'un bout à l'autre des USA, et même jusqu'au Mexique par deux copains fauchés et qui font des haltes dans des clubs de jazz et chez des amis.
Certes c'est un peu réducteur, mais une fois terminée, c'est ce qu'il me reste en tête. J'avais idée de lire les aventures de gens parcourant les USA dans des trains à bestiaux et découvrant la vie à travers tout un tas d'expérience, je trouve qu'on en est loin. Ajouter à ça un traitement des femmes peu flatteurs (attention, il faut replacer le livre dans son contexte de la fin de années 1940), et cela m'a semblé peu intéressant.

Je suis content d'avoir lu ce livre pour ma culture personnel et le symbole qu'il représente. Mais justement, je pense qu'il est avant tout un symbole qui avait de la valeur au moment de sa publication, mais que maintenant, littérairement parlant, cela semble limité.
Bref, un peu déçu pour ma part.

je t'invite a tester Zen ou l'entretien d'une Mobilette , même esprit que Kerouac  mais meilleur amha

My top
No board game found
Cyrano_07
bachibouzouk dit :Après avoir été chassés de Djerba et de Rhodes, les chevaliers de Saint Jean trouvent refuge à Malte où ils s’apprêtent à recevoir les assauts des troupes Ottomanes conduites pas Moustapha grand général de Soliman. Sous la conduite du terrible La Valette, les assiégés vont devoir résister (et ça va chier, j’vous raconte pas...bon, en fait un peu).
Mattias Tannhauser, ancien janissaire, commerçant et aventurier, ne veut pas participer à cette folie, mais des intérêts croisés l’amèneront à Malte.
Si on rajoute l’inquisition romaine qui doit lutter contre les hérétiques Luthériens et qui a ses raisons pour souhaiter la chute de l’Ordre des chevaliers, une comtesse en recherche de rédemption au cœur de tout ce drame, La religion de Tim Willocks est un roman passionnant, sauvage, aux rebondissements incessants, aux intrigues multiples. C’est du Dumas survitaminé, du Eco sans ésotérisme, brio et horreurs, une claque.
edit: il y a de quoi faire un bon film ou pourquoi pas une série (c’est plus à la mode), étonnant que cela n’existe pas déjà.

Ma plus grosse claque de ces dernières années, l'un des rares livres que j'ai lu deux fois et le seul que je suis sûr de lire une troisième fois. Car il s'agit du premier tome d'une trilogie qui en compte pour le moment deux (mais les histoires sont indépendantes), et je relirai l'ensemble des aventures de Mattias Tannhauser quand le troisième sortira.

A noter toutefois que la seconde aventure, "Les douze enfants de Paris", s'est avéré être une énorme déception pour moi. Le pitch était pourtant alléchant, le héros devant retrouver sa femme dans Paris durant les événements tragiques du massacre de la Saint-Barthélémy, mais l'auteur à mis de côté toute la beauté spirituelle et tragique du premier tome pour ne garder que l'aspect violence et combat. Du coup j'ai eu l'impression de lire un roman basé sur un film d'action des années 80, style Commando avec Schwarzenegger.

My top
No board game found
Mr le Néophyte
Mr le Néophyte
Cyrano_07 dit :
bachibouzouk dit :Après avoir été chassés de Djerba et de Rhodes, les chevaliers de Saint Jean trouvent refuge à Malte où ils s’apprêtent à recevoir les assauts des troupes Ottomanes conduites pas Moustapha grand général de Soliman. Sous la conduite du terrible La Valette, les assiégés vont devoir résister (et ça va chier, j’vous raconte pas...bon, en fait un peu).
Mattias Tannhauser, ancien janissaire, commerçant et aventurier, ne veut pas participer à cette folie, mais des intérêts croisés l’amèneront à Malte.
Si on rajoute l’inquisition romaine qui doit lutter contre les hérétiques Luthériens et qui a ses raisons pour souhaiter la chute de l’Ordre des chevaliers, une comtesse en recherche de rédemption au cœur de tout ce drame, La religion de Tim Willocks est un roman passionnant, sauvage, aux rebondissements incessants, aux intrigues multiples. C’est du Dumas survitaminé, du Eco sans ésotérisme, brio et horreurs, une claque.
edit: il y a de quoi faire un bon film ou pourquoi pas une série (c’est plus à la mode), étonnant que cela n’existe pas déjà.

Ma plus grosse claque de ces dernières années, l'un des rares livres que j'ai lu deux fois et le seul que je suis sûr de lire une troisième fois. Car il s'agit du premier tome d'une trilogie qui en compte pour le moment deux (mais les histoires sont indépendantes), et je relirai l'ensemble des aventures de Mattias Tannhauser quand le troisième sortira.

A noter toutefois que la seconde aventure, "Les douze enfants de Paris", s'est avéré être une énorme déception pour moi. Le pitch était pourtant alléchant, le héros devant retrouver sa femme dans Paris durant les événements tragiques du massacre de la Saint-Barthélémy, mais l'auteur à mis de côté toute la beauté spirituelle et tragique du premier tome pour ne garder que l'aspect violence et combat. Du coup j'ai eu l'impression de lire un roman basé sur un film d'action des années 80, style Commando avec Schwarzenegger.

Suite à ce message de bachibouzouk, je me l'étais inscrit dans un coin de la tête.
Je l'ai trouvé à la médiathèque, j'en suis au 2/3, et je confirme que c'est très bon (mais peut-être à réserver à un public pas trop sensible, parce qu'il y a pas mal de bruit, de fureur et de bidoche). 
C'est très bien écrit, des passages poétiques permettent de souffler un peu entre deux descriptions brutales, et j'aime beaucoup le regard nuancé apporté par le personnage de Tannhauser sur les conceptions religieuses qui s'affrontent au travers de ce siège.

Une bien belle découverte pour un bien laid massacre !

My top
No board game found
thyuig
thyuig
Pour moi c'est "beaucoup beaucoup" écrit avec de gros sabots quand même. Pas ou peu de psychologie des personnages, un Tannhauser surpuissant, invincible.
J'ai bien aimé le bouquin parce que je méconnaissais cette histoire et le siège de Malte. 
My top
Saint Pétersbourg
10 ans et +
8,5
323 avis
Deus
12 ans et +
8,7
276 avis
Settlers - Naissance d'un Empire
10 ans et +
8,2
104 avis
Samuraï
12 ans et +
8,6
191 avis
It's a Wonderful World
14 to 99 ans
8,4
169 avis
Agricola
12 ans et +
9,0
1011 avis
Lettres de Whitechapel
12 ans et +
8,8
89 avis
Mr le Néophyte
Mr le Néophyte
Autant sur l'invincibilité de Tannhauser, je peux te suivre, autant sur les gros sabots, beaucoup moins.

Et je ne suis carrément pas d'accord sur le peu ou pas de psychologie des personnages, je trouve que les enjeux pour chacun sont clairement posés, même pour certains personnages plus secondaires, puisque l'auteur évoque de manière quasi systématique une partie de leur passé, exposant ainsi leurs motivations.
Peut-être de manière trop succinte à ton goût, mais moi qui suis plutôt sensible à celà, sur ce roman je ne retrouve pas cette lacune.

​​​​​​Bon après, ça reste à l'appréciation de chacun, forcément.

​​​​​​
My top
No board game found
Default
thyuig
thyuig
Je n'ai plus le bouquin chez moi donc je ne pourrai pas relever les passages que j'avais notés, mais dans l'ensemble, j'ai connu psychologie plus fine. Quant à revenir sur le passé des personnages, en 900 pages il y avait effectivement la place.

Ca m'embête toujours de parler dans le vide, d'autant que j'annote mes bouquins parce que je sais ma mémoire défaillante sur ces points précis. 
My top
Saint Pétersbourg
10 ans et +
8,5
323 avis
Deus
12 ans et +
8,7
276 avis
Settlers - Naissance d'un Empire
10 ans et +
8,2
104 avis
Samuraï
12 ans et +
8,6
191 avis
It's a Wonderful World
14 to 99 ans
8,4
169 avis
Agricola
12 ans et +
9,0
1011 avis
Lettres de Whitechapel
12 ans et +
8,8
89 avis
Mr le Néophyte
Mr le Néophyte
J'ai pris un peu le temps d'y réfléchir, et c'est vrai qu'il y a des passages où les sabots sont de sortie, j'ai deux ou trois situations en tête.
En ce qui concerne la psycho des personnages, là je reste sur ma position, je pense que cet aspect n'est pas négligé.
Je crois qu'il ne faut pas omettre une chose : c'est avant tout un roman d'aventure, un "Trois mousquetaires" en version ténèbreuse.
Et celui-ci me plaît énormément, à la fois par son style et par le pan d'Histoire qu'il dépeint.

Et sinon, dans le genre "fiction historique" que j'ai pu lire récemment, je recommande Underground Railroad de C.Whitehead, et pas uniquement aux joueurs de Freedom.
Et la trilogie sur l'entre-deux guerres en France de Pierre Lemaitre, "Les enfants du désastre" ("Au revoir là-haut" en est le premier tome) est superbe.
My top
No board game found