Cripure
Cripure
Je lis :"Mais pour que cette réflexion puisse exister, il faut aussi que les joueurs acceptent de se pencher sérieusement sur leur passion."

Pas trop sérieusement quand même, on est là pour s'amuser, léger-léger ;)
Y'a que les enfants qui prennent le jeu au sérieux...
TeaMan
TeaMan
C'est vrai que la dernière fois j'ai fait une partie d'échec, je me suis fendu la poire c'était trop fun ! Plus sérieusement, bien sûr que tu oublies un peu le sérieux du réel quand tu joues. Mais c'est pas contradictoire avec le fait de réfléchir au jeu de société comme un objet culturel et la pratique du jds comme une pratique culturelle. Alors que le jeu vidéo est en passe de devenir de l'art, le jeu de société doit subir encore ce genre de remarque de ses propres passionnés. Quand est-ce que les joueurs auront enfin du respect pour leur propre passion ?
Cripure
Cripure
Il m'est arrivé de prendre des fous rires pendant une partie d'Echecs (y compris en compétition !) et de tirer la gueule à Time's Up.
Juste pour dire...
Pouillotin
Pouillotin
On peut s'amuser sérieusement (longue vie au hard fun ☺).
Tof15
Tof15
Je plussoie et suis totalement en phase avec votre analyse. Le JDS moderne est probablement l'un des seul média de divertissement actuel qui ne soit pas critiqué de manière objective et constructive.
Cripure
Cripure
Bonjour,

Article intéressant.

C'est instructif de faire un parallèle avec la critique littéraire. Domaine que je connais bien...mieux.

Deux exemples parmi tant d'autres. Que dire des véritables émeutes hystériques quand est paru « A la recherche du temps perdu » de Proust ? Citons parmi les critiques de l'époque : « Proustitution », « Gallimardtias ».

Et que dire des réactions à la parution du « Voyage au bout de la nuit » de Céline ? Obscène, grossier pour ne pas dire le pire affligeant.

Peut-être serait-il amusant de relire les premières critiques à la sortie de jeux aujourd'hui dits « classiques » comme Agricola ou Les Colons de Catane.

Alors ?
Ben je dis que pour être critique ludique, il faut :
rester modeste
accepter que l'on peut se tromper
respecter les auteurs
posséder une bonne culture, un bon bagage ludique
avoir un minimum d'écriture

Oui, dira t-on, quand on critique il faut rester un temps soit peu objectif.
Certes.
Mais les meilleures critiques qui resteront en mémoire seront les plus subjectives, excessives, voire démesurées. Bref les plus « typées ».

Mes livres de critique littéraire préférés sont donc ceux écrits avec engagement, passion, style (Haedens, Dantec, etc.). Ceux qui outrent, exagèrent, font râler.

Tout cela montre la difficulté contradictoire d'écrire une critique.
Un auteur de critique n'est surtout pas un artiste, un auteur même s'il prétend parfois l'être.

Il y a les auteurs de jeux, le jeu, les joueurs.
Comme pour un livre. Il y a l'auteur, le livre, le lecteur.
Et difficile voire impossible de prévoir ce qui va se passer...
Un même jeu pourra se révéler nul ou génial, d'une table à l'autre, d'un joueur à l'autre, d'un jour à l'autre.

Peut-être, après tout, n'y a t-il pas de mauvais jeux...juste des mauvais joueurs ?!

Pas facile-facile.

Et puis surtout pour critiquer un livre faut l'avoir lu...et pareil pour un jeu faut l'avoir joué.
Cela paraît évident mais vaut mieux le dire. On ne sait jamais.

Combien de fois ai-je entendu dire : "Cet auteur est nul ou bien je ne l'aime pas." OK, je réponds : "Quel livre a tu lu de cet auteur ?". "Ben aucun j'ai juste lu des extraits ou lu une critique...". Tiens, tiens...une critique !
Des fois ça sert à ça une critique. Juste la lire, sans avoir lu le livre, sans avoir joué le jeu et en dire quelque chose.
Donc ne pas se fier UNIQUEMENT aux critiques.

Une discussion passionnante. Merci et offrez des livres et des jeux.
TeaMan
TeaMan
Dans la critique littéraire et filmique, l'écueil c'est que la forme prenne le pas sur le fond. Obsédé par l'idée que leur texte marque les esprits, certains critiques multiplient les bons mots quitte à caricaturer leur sujet. C'est qqchose dont il faut faire attention. A mon sens quand on écrit une critique on a un devoir envers ses lecteurs. Après je suis d'accord, si la critique est un guide d'achat, ça permet aussi de découvrir l'existence de jeux auxquels on ne jouera pas mais dont la connaissance éveillé notre curiosité, on ne peut pas émettre d'avis personnel sur la seule foi de bonnes ou de mauvaises critiques.
derynnaythas593
Un article très intéressant, faisant échos à un vague regret que j'éprouve parfois. Il est clair que l'investissement de temps et de moyens pour une telle entreprise semble aujourd'hui totalement aberrant, essentiellement à mes yeux car la communauté du jeu de société n'a qu'une faible portion de véritables passionné.e.s en son sein, la grande majorité étant des consommateurs (occasionnels ou frénétiques), ce qui me semble cohérent avec la production actuelle. La réflexion est la même dans l'univers du jeu de rôles, où les éditeurs enchaînent les sorties ultra coûteuses, sur des gammes dont les systèmes ont vingt ans, mais dont les covers et les goodies sont si jolis. Ce sont de toute manière des débats extrêmement difficiles à mener sereinement, car ils concernent de minuscules franges de communautés de niches, là où se réfugient des gens bien virulents.

En tout cas un grand merci pour ce travail de qualité! Les commentaires et réactions révèlent qu'il y a d'autres amoureux et amoureuses du jeu, dans sa forme créative plutôt que récréative, tout n'est donc pas perdu pour nous autres!
PS : Mais que devront porter les futurs critiques ludiques? La pipe pour les cinéphiles, le béret pour les peinturlureurs... Un sachet de meeples à la ceinture, peut-être?
Chakado
Chakado
Décidément, il va falloir que je surveille les articles et les vidéos de Monsieur Teaman. Nous sommes tout à fait en phase sur ce qui manque aujourd'hui dans le secteur.
J'ajouterais qu'une "critique", ça ne porte pas forcément sur un jeu en particulier. Ça peut par exemple partir d'une mécanique et regarder comment elle a été exploitée au fil du temps, ça peut analyser l'évolution d'un genre ludique en particulier, bref un peu tout ce qu'on appelle article "de fond".
Et c'est essentiel parce que c'est ça, à terme, qui contribue à créer une véritable culture du ludique.
Merci encore pour cet article.
TeaMan
TeaMan
Merci pour votre commentaire ! Ca ne m'étonne pas qu'on soit plusieurs à le penser. Je m'inspire bcp des choses pertinentes que j'entends ici ou là et je trouve que c'est une bonne chose de le poser pour l'ouvrir à un éventuel débat. La culture ludique, c'est ce que j'essaye de promouvoir à mon humble niveau. C'est pas pour rien que ma chaîne youtube s'appelle ludiculture ^^.
Monsieur Guillaume
Alors il va falloir qu'on s'entende sur la définition du mot "critique" puisque ce n'est pas, à priori, la même chose qu'un article de fond, qui va effectivement étoffé la culture ludique. Une critique, dans le Larousse, à quatre définitions :
Art de juger les œuvres littéraires ou artistiques
Jugement porté sur une œuvre littéraire ou artistique
Examen détaillé visant à établir la vérité, l'authenticité de quelque chose
Action de critiquer quelqu'un, quelque chose ; jugement hostile, défavorable
Nous sommes donc bien dans le jugement de valeur... et là, de base, pour moi, méfiance lorsque quelqu'un commence à juger de la valeur de quelque chose élaboré par quelqu'un d'autre, en dehors de sa technicité, son "artisanat".
eldarh
eldarh
Oui, mille fois oui.
Chakado
Chakado
J'ai tout de suite pensé à toi en voyant le titre de l'article :-)
TeaMan
TeaMan
Dans la critique littéraire et filmique, l'écueil c'est que la forme prenne le pas sur le fond. Obsédé par l'idée que leur texte marque les esprits, certains critiques multiplient les bons mots quitte à caricaturer leur sujet. C'est qqchose dont il faut faire attention. A mon sens quand on écrit une critique on a un devoir envers ses lecteurs.
kaiser sauze
kaiser sauze
Merci beaucoup pour cet article très bien ecrit et tres intéressant. Vous posez un problème qui est à 100000 lieux de mes préoccupations par rapport à notre passion commune. Paradoxalement plus j y réfléchis et moins je suis en accord avec vos propos mais au moins je m y intéresse.
domkennoby
domkennoby
C'est un avis. Un avis qui s'entend, qui est réfléchis, mais il est dogmatique et certains postulats de départ sont erronés ou contradictoire.
On peut déjà remettre en question fortement votre définition de la critique, ne serait ce qu'en citant Socrate. C'est votre avis.. Or vous prétendez que l'avis n'est pas fiable, ou suffisant, quid donc de votre avis vis a vis de la critique et de sa définition?!!
La base est déjà bancale pour affirmer une phrase aussi péremptoire que : "aujourd’hui une bonne critique de ce genre n'existe pas".
C'est en communication ce que l'on appelle la technique de l'homme de paille, et vous utilisez aussi l'effet "milles feuilles". Je ne vais pas rentrer dans le détail mais ce sont des procédés de rhétorique qui vise à appuyer une opinion de façon un peu biaisé. Je pense que vous subissez les biais, mais au final le résultat est le même pour le lecteur... Il est manipulé par VOTRE vision. Ce n'est pas une opinion critique.

On pourrait aussi se questionner sur cette autre postulat qui sous entend que le jeu de société est un art . Donc les jeux des œuvres d'art. et les auteurs des artistes.Et moi, qui pratique le jeu depuis des dizaines d'années et qui suis artiste depuis des dizaines d'années, et bien je ne vois pas de lien le plus souvent. Des exceptions existes, mais cela n'en fait pas la règle. Même pas sur que ce ne soit pas moi qui subisse le biais de confirmation pour y voir ce que je désire. Il existe des artistes qui sont impliqués dans l'élaboration d'un jeu (Dessinateurs, comédiens, écrivains). Mais un même geste peut être une œuvre d'art ou un simple geste de divertissement selon le contexte économique et la finalité. Or le contexte économique du jeu de société n'est pas un contexte qui permette à l'art d'exister, sauf rares exceptions (comme le domaine de la magie, par exemple, dans le spectacle vivant). Je pense que l'auteur de jeux (ainsi que l'éditeur, et le boutiquier) veux que son jeu se vende. Qu'il soit apprécié. Diffusé. Mais je ne perçois pas de "messages", de "démarche artistique", de volonté concrète et entière, de militantisme politique, de partis pris esthétique dégagés de toutes contraintes commercial. Il n'y a pas de courant artistique dans les jeux mais des genres: coop, narratif, compétitif, euro...

Enfin on peut remarquer votre témérité dans votre opinion sur les "youtubers". Je suis toujours étonné par le dédain et la liberté que l'on peut lire par des gens qui ne connaissent pas ceux qu'ils critiquent, ou leurs domaines. Qu'est ce qui vous dis que ces gens sont complaisant? avez vous des preuves? N'ont 'ils pas le droit d'aimer des jeux? D’où tenez vous vos affirmations qu'ils ne critiquent pas par peur? citez vos sources! Sinon vous tombez dans ce que vous prétendez dénoncer: un "journalisme" de bas étage et d'opinions.
Pour vous donner un exemple, c'est comme si vous critiquiez une exposition dans un musée et son organisation alors que vous ces gens là ont pratiqués, réfléchis, imaginés cette exposition (et d'autres avant). et que vous, venant de nulle part, vous vous érigez au même niveau qu'eux, et vous réclamez autant de crédit dans votre opinion...

Votre article est bon. On sent votre volonté de bien faire dans les paragraphes. Mais vos arguments, à mes yeux, sont caduques car souvent caricatural, imprécis et sans fondement vérifiable (autre que votre volonté farouche qu'ils soient vrais pour certains). C'est donc plus un essai de réflexion qu'un état des lieux; Le titre en devient trompeur, car erroné.

Cette critique n'est que mon avis.
Amicalement
dom.
TeaMan
TeaMan
D’abord, merci d’avoir pris du temps à me répondre.

Je ne vous suis pas dans l’interprétation de mon article. Pour moi, il y a une confusion. Cet article n’est ni un avis, ni une critique, il s’exprime sur l’avis et la critique.

Dans cet article, je ne prend pas un objet culturel pour dire si je l’ai aimé ou non. Je ne cherche pas non plus à en analyser les promesses pour voir si elles ont été tenues.

Dans cet article, je pose un constat qui m’est venu en lisant tout ce que les influenceurs ludiques peuvent nous offrir sur le net. J’ai remarqué un manque. J’ai défini ce manque et j’ai tenté d’expliquer pourquoi s’en était un à mon sens. Et à mon sens seulement. Ce constat n’est péremptoire que dans les limites de mon crâne. On peut très bien ne pas ressentir ce manque, ne pas le définir de la même raison et l’expliquer différemment mais me reprocher d’exprimer mon opinion dans mon propre article, c’est assez étonnant.

De plus, vous dites que j’emplois (p-e malgré moi) des procédés rhétoriques abusifs.Vous n’êtes pas entré dans le détail, vous les avez juste nommés, et c’est bien dommage. J’aimerais au contraire que vous m’expliquiez un peu.

La technique de l’homme de paille consiste à déformer les propos de quelqu’un pour les rendre plus facile à contredire ou à ridiculiser. Ou ai-je fait ça exactement ? Vu que ce n’était pas du tout mon intention j’aimerais bien le corriger.

Le mille-feuille argumentatif consiste à multiplier les arguments fragiles pour arriver à la conclusion que l’on voulait atteindre. Là encore, soyez plus précis. Que je puisse juger moi-même de la fragilité de mes arguments.

Je suis désolé mais la question du jeu et de l’art n’est pas abordée dans cet article. Je parle de produit ou d’objet culturel. D’ailleurs, j’ai bien un avis sur la question et il est très différent que celui que vous me prêtez.

Vous me reprochez de parler des youtubers avec dédain et sans connaissance. Vous vous tromper. Parce que figurez-vous que j’ai une chaîne youtube. Sur laquelle je fais un peu de critique. Du coup, j’ai pu ressentir, à mon humble niveau, les questionnements que l’on peut avoir quand on pratique ce genre de chose.

Cet article exprime l’opinion d’un consommateur de jeu de société. Ni plus, ni moins. Je ne sais pas ce que vous attendiez d’autre mais vous vous êtes fourvoyé. J’en suis peut-être la cause, dans ce cas-là je m’en excuse.
Djinn42
Djinn42
Si j'ai pu lire les critiques cinéma, j'ai fini par faire le deuil de leur intérêt.
Je préfère, et de loin, me forger une opinion à partir de certains avis de joueurs avec qui je suis en phase ou au contraire en opposition.
Bien plus fiable. Croisé avec les illustrations, le pitch, les différentes vidéos et si je doute encore d'une partie.

Moi qui joue pas mal aux jeux vidéos, j'aime beaucoup lire Canard PC pour ses bons mots et dénicher des perles qui m'auraient échapper. Le ton est marrant, intransigeant et quand il s'agit de critiquer négativement ils savent se lâcher.

J'ai tenté de proposer du pas vu sur Ludovox avec Strife, par exemple. Mais pas facile.

Le jeu vidéo est bien plus répandu que le jeu de société, touche un plus large public et éprouve quand même des difficultés. Je vois mal un média jeu de société survivre aussi bien que Tric Trac et Ludovox chez nous. Ou BGG aux US.
Purple Brain
Purple Brain
Merci pour ce très bon article.
Sylvano
Sylvano
Ben, je m'inscris en faux. La critique ludique (motivée, argumentée et objective, avec un effort de recul par rapport à la culture ludique) a existé et existe, en particulier en presse papier. La question serait plutôt : pourquoi, dans ce milieu en particulier, a-t-elle si peu d'écho en général (auprès du public) et déclenche-t-elle parfois autant de passions (de la part de certains auteurs et éditeurs) ?
Mog
Mog
En tout cas, cet article suscite des commentaires... Personnellement, je ne sais pas ce que vous mettez derrière critique, mais je ne vois pas en quoi, une critique ludique n'existerait pas. Personnellement, la distinction entre un avis argumenté et une critique ne me parait si évidente. De plus, le jeu, notamment de société, est un champ d'études qui a donné lieu à de nombreux ouvrages et travaux d'analyse (thèses, etc.). Il y a peu de vraies critiques de jeux de société sur Youtube ? Peut être, mais il y a peu de critiques en général (cinéma, jeux vidéo...). Ce n'est pas vraiment non plus le travail des "influenceurs". Construire une argumentation demande du temps, il faut jouer suffisamment de parties pour être capable d'analyser. Le rythme des chaines youtube n'est que peu compatible avec un travail de fond. Elles proposent plutot de faire découvrir au spectateur des jeux... Mais, youtube n'est qu'un minuscule prisme de la diffusion de savoir. En cherchant (un tout petit peu), il est facile de trouver des analyses et critiques poussées de jeux. Il m'arrive même sur ce site de trouver dans les avis ou dans le forum des réflexions poussées sur des jeux que je pourrais sans peine placer dans le champ de la "critique".
TeaMan
TeaMan
Concernant la distinction entre avis et critique je vous invite à relire mon article pour revenir sur ce qui fait pour moi la différence. Les deux sont des ressentis personnels mais quand l'avis retranscrit une opinion de joueur ("j'ai bien aimé parce que...), la critique essaye de prendre plus de hauteur en cherchant à comprendre à qui s'adresse le jeu et s'il atteint son but ("ce jeu plaira à tel type de joueur parce que..."). Après ce n'est bien sûr qu'une proposition, on peut en discuter.

Après je ne suis pas d'accord avec vous sur l'idée que YT ne sera pas un média adapté à la critique. Des critiques cinés ou jeu vidéo, sur youtube, il y en a. Ca veut dire que c'est possible.

Après trouver de bons textes sur des jeux, c'est possible. Est-ce que ça veut dire que ce sont des critiques, pas forcément. Et c'est pas nécessairement un mal. Parfois il vaut mieux un bon avis qu'une mauvaise critique. Après le problème c'est que ce n'est pas encore bien formalisé. Parce que ce n'est peut être pas difficile à trouver mais il t'a fallu lire d'autres choses, trier toi-même, et tu ne le trouveras pas systématiquement. Le travail de recherche, même facile, prend du temps et nécessite un niveau d'implication qui ne devrait pas être nécessaire pour trouver des critiques de qualité.